Skip to content
L’antivax, une vraie secte

 | Nouvelles d’aujourd’hui

Titres d’aujourd’hui Nouvelles du monde

Le comportement des adeptes des théories du complot autour des vaccins COVID-19 ressemble à celui des membres de la secte.

Lorsque j’étais président de l’Office des professions du Québec, nous avons réalisé une analyse des différentes approches de développement personnel dans le cadre d’une grande étude sur les médecines alternatives.

L’une des personnes consultées était un expert sur la question des sectes. Il avait décrit quelques éléments constants dans leurs démarches pour recruter de nouveaux membres :

  • Instiller un sentiment d’incertitude et de doute sur tout dans leur vie.
  • Faites croire qu’ils vont partager des secrets que les autres ne peuvent pas comprendre mais qui les aideront.
  • Convainquez les recrues qu’elles ne peuvent même pas faire confiance à leur famille.

Surtout, il nous a prévenus que toute personne vulnérable pouvait tomber dedans. Ce n’était pas une question d’éducation ou d’intelligence.

Nier l’évidence

Cette étude m’est revenue à l’esprit cette semaine lorsque j’ai écrit une chronique pour le site d’une chaîne de télévision anglophone avec laquelle je collabore, et qui traitait d’antivax.

La lecture des réponses que j’ai reçues m’a fait penser à cette description du comportement des sectes envers leur troupeau.

Face à l’information – objective et incontournable – que les non vaccinés occupent un nombre disproportionné de lits dans les hôpitaux, voués au culte de l’antivax ont une réponse toute faite. Ils remettent en cause les chiffres officiels et ils inventent les leurs. (Ils « ont fait leurs recherches ».)

Ils me demandent combien j’ai été payé par « Big Pharma » (les grandes sociétés pharmaceutiques). Ils parlent de Nuremberg…

C’est un véritable kaléidoscope de vérités alternatives, soutenues par rien, mais livrées avec un ton convaincu et alarmiste. Ils savent. Tous les autres (bien sûr, moi inclus) sont dupés et font partie d’un vaste complot du gouvernement et de l’industrie.

Une collègue avec qui je travaille du côté anglais a vécu exactement la même chose cette semaine lorsqu’elle a écrit une analyse sur l’irresponsabilité des non vaccinés. L’antivax ne voulait pas rire et elle a eu droit à des courriels menaçants.

GARANTIES CLAIRES

M. Legault a dit deux choses très claires cette semaine. Il n’est pas question de restreindre l’accès aux soins pour les non vaccinés. Et aucune personne ayant une raison médicale de ne pas se faire vacciner ne sera pénalisée.

Il fallait lire le commentaire des « experts » sur l’idée de Legault de faire payer les non vaccinés. On se bousculait pour dire que la proposition québécoise limitait l’accès aux hôpitaux, alors que Legault avait dit exactement le contraire. Les fake news ne sont pas l’apanage des conspirateurs !

Legault bénéficie du soutien du public, et les antivax le savent. Ils savent aussi que leur secte perd des dizaines de milliers de fidèles qui font maintenant la queue pour leur première dose.

DISPARAÎTRE LES CRITIQUES

Si M. Legault veut secouer certains critiques, il devrait faire deux choses.

Tout d’abord, changez votre « pénalité » en « bonus ». Au lieu de taxer ou d’imposer une amende aux non vaccinés, il devrait accorder un crédit d’impôt aux vaccinés.

Deuxièmement, faites un effort majeur pour atteindre les communautés et les quartiers où les taux de vaccination sont les plus bas. Faire une offre active, toucher les gens et améliorer la facilité d’accès.




Nouvelles d’aujourd’hui abc Nouvelles

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.