Skip to content
L’armée turque réagit aux affirmations selon lesquelles elle mettait en danger les troupes américaines – News 24


Mettre en danger la vie des alliés de l’OTAN est « hors de question », a déclaré le ministre de la Défense

La Turquie ne mettra pas en danger la vie de ses alliés militaires lors de frappes aériennes sur ce qu’elle prétend être des cachettes terroristes dans le nord de la Syrie et de l’Irak, a déclaré le ministre de la Défense du pays de l’OTAN. Le Pentagone a déclaré qu’Ankara avait « menaçait directement la sécurité du personnel américain » en Syrie.

« Il est hors de question pour nous de nuire aux forces de la coalition ou aux civils. Nous n’avons qu’une seule cible, et ce sont les terroristes », Hulusi Akar a déclaré vendredi aux journalistes, cité par l’agence de presse turque Anadolu. Il répondait à une question sur des informations selon lesquelles l’armée turque aurait bombardé un poste d’observation américain cette semaine.

Le Pentagone a déclaré mercredi que les frappes aériennes turques « directement menacé » Les troupes américaines travaillant avec « partenaires locaux » contre le groupe terroriste État islamique (IS, anciennement ISIS). Il a averti que « Des actions militaires non coordonnées menacent la souveraineté de l’Irak » et a exhorté la désescalade immédiate à « Assurer la sûreté et la sécurité du personnel sur le terrain engagé dans la mission de défaite de l’Etat islamique. »

Les États-Unis ont affirmé que l’incident impliquait une frappe aérienne turque qui a frappé à moins de 300 mètres des troupes américaines stationnées près de la ville de Hasakah en Syrie.


Depuis 2014, la Turquie coopère avec les États-Unis et plusieurs autres pays dans la lutte contre l’organisation terroriste, qui a connu une montée en puissance fulgurante en Syrie et en Irak cette année-là. L’EI est désormais largement considéré comme réprimé, mais les États-Unis affirment qu’ils doivent maintenir une présence militaire en Syrie – contre la volonté du gouvernement syrien – pour contrôler le groupe. L’ancien président américain Donald Trump a reconnu que les troupes étaient là pour protéger les champs de pétrole.

Ankara a lancé l’opération transfrontalière Claw-Sword ce mois-ci après un attentat à la bombe à Istanbul, que les enquêteurs turcs ont imputé à « Terroristes du PKK/YPG.” Le PKK est une force militante kurde basée en Turquie qui a mené une guérilla de plusieurs décennies contre le gouvernement. Les YPG sont une milice kurde basée en Syrie, avec laquelle les États-Unis se sont alliés lors de la campagne contre l’EI. Ankara soutient que les forces kurdes qu’elle combat en Turquie, en Syrie et en Irak font toutes partie de la même organisation terroriste.

Le PKK, répertorié comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’UE, a nié toute implication dans l’attentat d’Istanbul.

Akar a rapporté dans sa mise à jour de vendredi que les forces turques avaient tué 326 « les terroristes » dans le cadre de l’opération. Le président Recep Tayyip Erdogan a indiqué cette semaine que la campagne pourrait être prolongée avec une composante terrestre, précisant que l’opération ne se limitait pas à des frappes aériennes.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.