Skip to content
L’artiste Florent Cousineau devra faire 30 mois de prison


L’artiste de renom Florent Cousineau, reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement l’ex-petite amie de son fils en 1986, a été condamné à 30 mois de prison bien qu’il ait pu recouvrer sa liberté peu de temps après que son avocat a annoncé qu’elle faisait appel du verdict et de la peine.

• Lisez aussi : L’agresseur voulait l’absolution pour sauver son entreprise

• Lisez aussi : L’artiste Florent Cousineau coupable d’agression sexuelle

L’homme de 72 ans avait l’air confus lorsque le juge l’a sèchement condamné à 30 mois de prison. Il faut dire que l’artiste, qui n’avait pas de sac d’effets personnels avec lui, espérait éviter la prison pour ce « crime d’époque ».

Au printemps 1986, la victime s’était rendue chez les Cousineau pour discuter avec le fils de l’accusé dans le cadre d’une relation défaillante. L’artiste seul à la maison avait accueilli la jeune étudiante de 19 ans au cégep en lui proposant de lui faire un massage.

La jeune femme s’était déshabillée et était allongée sur le divan. Sans même qu’il y ait eu de massage, l’artiste avait pénétré la jeune femme, qui n’avait pas réagi. C’est en 2017, par « devoir social », que la victime aujourd’hui âgée de 55 ans a dénoncé son agresseur.

« Vous m’avez piégé », a déclaré la victime, estimant que l’homme qu’elle admirait avait profité de sa vulnérabilité et de sa naïveté.

mémoire trop précise

Le juge Christian Boulet a déclaré l’accusé coupable d’agression sexuelle, estimant notamment qu’il avait des souvenirs trop précis d’un événement survenu il y a 35 ans.

Au stade de la condamnation, l’avocat de l’artiste bien connu avait demandé un sursis de condamnation, notamment parce qu’il s’agissait d’un crime de l’époque et considérant que la médiatisation des poursuites judiciaires contre Cousineau avait été « abondante ».

Le juge s’est plutôt rangé du côté de la gamme de peines proposée par la Couronne en imposant une peine de 30 mois de prison.

Cependant, dès l’incarcération de sa cliente, Me Susan Corriveau a indiqué qu’elle faisait appel de la sentence, elle qui avait déjà porté le verdict devant une cour supérieure. Le septuagénaire pourrait donc retrouver sa liberté lors de cette procédure d’ici quelques jours.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.