Skip to content
Laurent Duvernay-Tardif revient « pour l’amour du foot »


Laurent Duvernay-Tardif a un bel avenir dans la médecine, une fondation dans laquelle il investit, des contrats publicitaires, le respect universel pour sa brillante carrière, un titre de champion du Super Bowl en poche. Alors pourquoi retourner au front avec les Jets de New York ? « C’est par amour du football », répond-il simplement.

• Lisez aussi : NFL : Laurent Duvernay-Tardif rejoint officiellement les Jets

• Lisez aussi : [BALADO] The Paying Zone : tout savoir sur le grand retour de Laurent Duvernay-Tardif avec les Jets

Il est vrai qu’un athlète peut chercher au fond de lui-même les raisons qui le poussent à s’exposer au risque, mais il n’en reste pas moins que la passion pour un sport ne s’explique pas. Vous devez le vivre.

C’est pourquoi le garde a sauté sur l’opportunité que lui offraient les Jets à la mi-saison, rejoignant pour le moment leur équipe d’entraînement. Le but est évidemment de percer le line-up régulier.

« Même si j’ai signé hier (jeudi), je m’entraînais au plus haut volume depuis un mois et demi. Je me sens bien, même s’il y aura une période d’acclimatation. Après, on verra si je peux contribuer à l’équipe », a déclaré Duvernay-Tardif après sa première séance d’entraînement, lors d’une visioconférence avec les médias.

Belle réunion

Duvernay-Tardif en est à son deuxième passage à New York, ayant rejoint l’équipe l’automne dernier après avoir été échangé par les Chiefs de Kansas City. Le sympathique géant, qui fait toujours pencher la balance à 318 livres, comme lors de son dernier match en janvier, n’a pas tardé à retrouver ses pantoufles.

« Je vis avec l’équipe depuis deux jours. Franchement, ça fait du bien. C’est fou comme ça te manque, c’est indescriptible », sourit-il.

« Parfois, je me demandais pourquoi je voulais rejouer au football. Oui, c’est pour gagner, mais surtout pour être en équipe, pour retrouver ce sentiment de camaraderie avec des gars que je n’ai pas revus depuis janvier et qui sont contents que je sois là.

« C’est quelque chose de précieux qu’on ne trouve nulle part ailleurs. C’est le foot. C’était bien aujourd’hui d’être sur le terrain. Je suis rouillé, mais ça reviendra vite », a-t-il déclaré.

Le rêve d’un autre titre

Lorsqu’il a annoncé son intention d’entreprendre sa résidence en médecine en juin dernier, Duvernay-Tardif n’a jamais caché qu’il espérait obtenir une opportunité dans la NFL une fois la rentrée venue.

Il lui fallait d’abord trouver une équipe qui respecte ses choix, qui puisse lui donner une chance de voir du terrain et qui soit en position de gagner. Les Jets, se pavanant avec une fiche de 6-3, ont coché toutes ces cases.

« Lorsque vous regardez les statistiques de la seconde moitié de la saison l’an dernier, nous perdions des matchs, mais nous marquions beaucoup de points. Cette année, la défense joue extrêmement bien. Nous avons de nouveaux ajouts. Il s’agit de cliquer et de construire cette culture gagnante. Je sens en deux jours ici que le vestiaire est plus mature, plus confiant. C’est ce qu’il faut, surtout en décembre et en janvier », a-t-il déclaré.

Pour lui, il ne fait aucun doute que tout est possible avec les Jets.

« J’ai deux mois et demi sur 24 de ma résidence qui sont complétés en médecine familiale. Dans un monde idéal, je reviendrais en mars après avoir remporté un autre Super Bowl. C’est un peu le plan », a-t-il dit avec un sourire.

Fin ou nouveau départ ?

Pour le moment, Duvernay-Tardif s’attend à retourner tranquillement au bain. Le garde droit Nate Herbig souffre de quelques plaies et ne s’est pas entraîné de la semaine. Pour autant, pas question de lancer le Québécois dans le faux des lions sans une préparation adéquate.

« Je ne serai pas là pour le moment, c’est certain. Je fais toujours partie de l’équipe d’entraînement. Je ne mets pas trop de pression. Si je veux contribuer, mon ascension doit se faire rapidement, mais je suis conscient que cela fait 10 mois que je ne joue plus au football.

«Je dois me donner du temps et ce que j’ai aimé dans mes interactions avec les Jets, c’est qu’ils veulent me donner ce temps. On verra dans les prochaines semaines, mais le football est un sport d’opportunités et quand on en a une, il faut la saisir. »

Quant à savoir s’il considère ce retour avec les Jets comme son dernier tour, « LDT » ne s’est fermé aucune porte.

« Il n’y a pas d’autre tour si vous ne contribuez pas et ne jouez pas à un haut niveau cette année. C’est vraiment mon approche en ce moment. Je veux voir comment je peux intégrer cet alignement le plus tôt possible pour contribuer et laisser ma marque. Après ça , si nous voulons mes services par la suite, nous en discuterons.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.