Skip to content
L’Australie annule à nouveau le visa de Novak Djokovic

 |  Derniers titres de l’actualité

Derniers titres d’actualités Titres d’aujourd’hui

Melbourne | Le gouvernement australien a relancé vendredi la saga Djokovic en annulant une nouvelle fois son visa, ce qui pourrait conduire, sauf rebondissement, à l’expulsion avant le début de l’Open d’Australie lundi du Serbe qui souhaitait entrer dans le pays sans se faire vacciner contre le COVID. -19.

Le Serbe de 34 ans a continué de s’entraîner vendredi à Melbourne dans l’espoir d’obtenir un 10e titre de l’Open d’Australie et une 21e victoire en Grand Chelem, ce qui serait un record.

Hélas, en fin de journée, le ministre de l’Immigration a publié un communiqué annonçant l’annulation, pour la deuxième fois, du visa australien du n°1 mondial. Une décision prise « pour des raisons de santé et d’ordre public », a déclaré Alex Hawke, qui s’est dit « fermement engagé à protéger les frontières australiennes, notamment dans le contexte de la pandémie de COVID-19 ».

« Nole » avait déjà vu son visa annulé à son arrivée à Melbourne le 5 janvier et il avait été placé en centre de rétention. Mais ses avocats ont remporté une victoire éclatante le 10 janvier, obtenant un juge de rétablir son visa et d’ordonner sa libération immédiate.

Djokovic a reconnu avoir mal rempli sa déclaration d’entrée en Australie, et ne pas avoir suivi les règles d’isolement après avoir été testé positif au Covid-19 en décembre – une contamination qu’il espérait lui permettre de bénéficier d’une dérogation pour entrer en Australie sans se faire vacciner.

Jeudi, l’Open d’Australie a inscrit Djokovic dans le tableau du tournoi et le tirage au sort lui a attribué le Serbe Miomir Kecmanovic, 78e mondial, comme adversaire au premier tour.

Mais le n°1 mondial était toujours menacé d’expulsion au nom du pouvoir discrétionnaire du ministre de l’Immigration, finalement employé vendredi après cinq jours de suspense.

Les rêves d’un 10e titre à Melbourne s’estompent, d’autant que cette annulation implique que Djokovic se verra interdire l’entrée dans le pays pendant trois ans, sauf dans certaines circonstances exceptionnelles.

Cette saga autour du champion de tennis porte une charge politique très forte en Australie, dont les habitants subissent certaines des restrictions anti-Covid les plus strictes au monde depuis près de deux ans, et où des élections sont prévues d’ici mai.

« Ses propres règles »

Alors que la décision du gouvernement était retardée, la pression montait autour du Premier ministre Scott Morrison, accusé d' »incompétence » par la chef de l’opposition travailliste Kristina Keneally, notant que le Serbe avait obtenu son visa de 58 jours. plus tôt.

« Le gouvernement Morrison est tout simplement incompétent. C’est une blague », a-t-elle tweeté.

Certains joueurs de tennis ont plaidé pour que Djokovic participe à l’Open, mais d’autres ont été beaucoup plus critiques.

Novak Djokovic « a joué selon ses propres règles » en choisissant de ne pas se faire vacciner avant l’Open d’Australie et « a fait passer la majorité des joueurs pour des idiots », a estimé jeudi le Grec Stefanos Tsitsipas, n°4 mondial, dans un entretien au média indien WION .

« Cela demande beaucoup de courage pour le faire et cela met tout le tournoi en danger … Je ne pense pas que beaucoup de joueurs feraient cela », a-t-il ajouté.

Alors que la variante Omicron se propage en Australie, le comportement de Djokovic après avoir été testé positif pour le coronavirus en Serbie le 16 décembre a fait l’objet d’un examen attentif.

Le joueur a notamment participé à des manifestations publiques, sans masque, les 16 et 17 décembre à Belgrade, mais a affirmé qu’il ne savait pas encore qu’il était positif à ce moment-là.

Dans un long message publié mercredi sur Instagram, il a toutefois reconnu une « erreur de jugement » pour avoir reçu, sachant qu’il était asymptomatique, le quotidien français « L’Équipe » pour une interview le 18 décembre.

Djokovic a également plaidé « une erreur humaine » pour expliquer comment une mauvaise case dans son formulaire d’inscription en Australie a été cochée.

Ce document montre qu’il a attesté ne pas avoir voyagé dans les 14 jours précédant son arrivée. Cependant, il était en Serbie puis en Espagne.




Titres d’aujourd’hui Actualités d’aujourd’hui

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.