Divertissement

Le Centre Pompidou signe une convention pour un futur musée d’art contemporain en Arabie Saoudite


Le prince héritier Mohammed ben Salmane veut développer le tourisme dans la région de Médine. Al-Ula et le Centre Pompidou prévoient un grand musée dédié aux artistes du monde arabe. DO NURELDINE / AFP / saiko3p / stock.adobe.com

Sur fond de réchauffement diplomatique entre les deux pays, l’institution parisienne apportera son expertise au développement du site touristique d’Al-Ula.

Le Centre Pompidou et l’Arabie saoudite ont signé un accord de partenariat pour la création d’un futur musée d’art contemporain dédié aux artistes du monde arabe à Al-Ula, dans le nord-ouest du royaume, signe du réchauffement climatique des relations diplomatiques entre le deux pays, a-t-on appris mercredi auprès du musée parisien. Le musée a également confirmé qu’il prévoyait d’ouvrir une succursale en 2025 à Séoul, un dossier sur lequel il devrait communiquer plus en détail prochainement.

L’accord entre le Centre Pompidou, l’un des plus grands musées d’art moderne et contemporain au monde, et l’Arabie saoudite, a été signé le week-end dernier par Laurent Le Bon, président du musée français, et Nora Aldabal, directrice de la programmation artistique et culturelle. à la Commission royale, en présence du ministre saoudien de la Culture, le prince Badr bin Farhan Al Saud, et de son homologue française Rima Abdul Malak, indique un communiqué du musée. Les modalités, notamment financières, du partenariat n’ont pas encore été dévoilées.

Ouverture prévue en 2027-2028

L’accord vise à développer un projet de musée à grande échelle dédié aux artistes du monde arabe, dont l’ouverture est prévue en 2027-2028 sur le site d’Al-Ula. Le Centre Pompidou »apportera son expertise scientifique et technique dans la formation du personnel, notamment dans les domaines de la conservation, de la gestion des collections et de la médiation», selon le communiqué. «Elle peut également intervenir en appui à l’organisation de la programmation culturelle et événementielle.», ajoute le texte. Le ministère de la Culture a confirmé à l’AFP que les deux parties disposaient de trois mois pour déterminer la compensation financière.

Fin 2019, rappelle le journal Le mondeLaurent Le Bon, alors directeur du Musée Picasso, avait fait partie de la délégation du ministre de la Culture de l’époque, Franck Riester, «seul politicien français en exercice à visiter Al-Ula un an après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi« .


lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page