Skip to content
Le chef pâtissier de longue date de la Maison Blanche, Roland Mesnier, décède à 78 ans – Expat Guide to France

[ad_1]

Roland Mesnier, le pâtissier de longue date d’origine française à la Maison Blanche dont les confections fantaisistes ont servi cinq présidents américains, est décédé à 78 ans, ont annoncé dimanche à l’AFP des proches.

Le maître culinaire – qui a rejoint le personnel du manoir présidentiel en 1979 sous Jimmy Carter et y a travaillé jusqu’à sa retraite en 2004 sous le mandat de George W. Bush – est décédé vendredi dans l’État américain de Virginie, ont déclaré son fils George et sa sœur aînée Geneviève Guyez Mesnier.

« J’ai de si bons souvenirs du chef Mesnier », a déclaré samedi l’ancienne première dame Hillary Clinton dans un message sur Twitter.

« Il aimait faire sourire les gens avec ses belles créations, dont ses fameuses maisons en pain d’épice à Noël », a-t-elle ajouté. « Il va nous manquer! »

Mesnier, un citoyen français naturalisé américain, a été chef pâtissier exécutif de la Maison Blanche pendant 25 ans.

« Sa passion, son engagement et son amour pour son travail resteront à jamais gravés dans les mémoires », a déclaré la Ronald Reagan Presidential Foundation and Institute.

Mesnier est né à Bonnay, petit village de l’est de la France, dans une famille modeste de neuf enfants. Après avoir fait son apprentissage dans la ville voisine de Besançon, il a travaillé dans de grands hôtels en Allemagne, en Grande-Bretagne et aux Bermudes avant que les Carter ne l’engagent.

Après avoir raccroché son chapeau blanc et sa veste de chef, il a publié plusieurs livres et a longuement parlé de son expérience à la Maison Blanche.

– Anecdotes –

Dans une interview télévisée en 2013, il a raconté que Rosalynn Carter lui avait demandé ce qu’il prévoyait de cuisiner dans les cuisines du 1600 Pennsylvania Avenue s’il était embauché.

Beaucoup de desserts hypocaloriques, répondit-il. « Mme Carter était une très jolie femme, très mince, alors je (me suis dit) c’est une question piège. »

Sa réponse était la bonne, pensa-t-il, « parce qu’elle a dit à sa secrétaire : ‘C’est le gars que je veux et je le veux le plus tôt possible.' »

Mesnier était également connu pour parler des penchants culinaires des présidents et de leurs familles, à qui il servait un large éventail de tartes aux fruits, de gâteaux de mariage, de soufflés et de biscuits.

George W. Bush était un amateur de crème glacée aux noix de pécan et « l’homme le plus impatient que j’aie jamais vu », tandis que Nancy Reagan était une « perfectionniste totale », a-t-il déclaré.

Bill Clinton était allergique « au sucre, à la farine et au chocolat » mais néanmoins un grand amateur de desserts, selon Mesnier. Le chef a donc eu du mal à trouver des recettes qui satisfassent la dent sucrée du président sans les ingrédients offensants.

Et alors qu’il exprimait une profonde affection pour les Carters, il recula en se rappelant une recette que la première dame avait apportée de Géorgie : un anneau de fromages collants mélangés à des anchois, avec de la confiture de fraises au centre.

« Mme Carter vérifiait toujours si la chose était sur la table », a-t-il déclaré. « Ça l’était, mais personne n’y a jamais touché. »

Lors de sa retraite en 2004, Mesnier, qui était marié à une Américaine, a déclaré à l’AFP qu’il avait été déchiré entre son pays d’adoption et sa terre natale l’année précédente lorsque les tensions ont monté en flèche suite au refus de la France de soutenir la guerre de Bush en Irak, ce qui a conduit certains Américains à rebaptiser frites « frites de la liberté ».

« Cela m’a beaucoup attristé », a déclaré Mesnier. « Je suis toujours un patriote français dans l’âme, et un américain en même temps. »

[ad_2]

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.