Skip to content
Le CIO annonce avoir eu un deuxième appel vidéo avec le joueur de tennis Peng Shuai


Le Comité international olympique a déclaré avoir organisé un deuxième appel vidéo avec Peng Shuai, mais n’a encore une fois publié aucune vidéo ou transcription ni fait aucune référence à l’allégation d’agression sexuelle du joueur de tennis contre un ancien responsable du gouvernement chinois.

La championne de double du Grand Chelem et triple olympienne a disparu de la scène publique après avoir porté son accusation, ce qui a incité la tournée de tennis professionnel féminin à suspendre ses tournois en Chine.

Alors que Pékin termine ses préparatifs pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver à partir du 4 février, le CIO a révélé jeudi qu’il avait organisé un deuxième appel vidéo avec Peng à la suite de la récente déclaration du président du CIO, Thomas Bach, selon laquelle il s’était entretenu avec elle lors d’un appel vidéo de 30 minutes et qu’elle semblait être « allant bien ».

« Cela a été confirmé lors de l’appel d’hier », a déclaré jeudi le CIO. « Notre approche humaine et centrée sur la personne signifie que nous continuons à nous préoccuper de sa situation personnelle et que nous continuerons à la soutenir. »

Encore une fois, le CIO n’a pas diffusé de vidéo ni de transcription de l’échange, ni expliqué comment l’appel avait été organisé.

Le CIO a réitéré sa politique de « diplomatie discrète » en traitant directement avec les officiels du sport « qui, compte tenu des circonstances et sur la base de l’expérience des gouvernements et d’autres organisations, est indiquée comme la manière la plus prometteuse de procéder efficacement dans de telles questions humanitaires ».

Le CIO a déclaré qu’il « resterait en contact régulier avec elle et qu’il s’était déjà mis d’accord sur une rencontre personnelle en janvier », peu de temps avant le début des lucratifs Jeux de Pékin.

Peng, 35 ans, est tombé hors de la vue du public après avoir soulevé les allégations concernant l’ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli dans un article publié le 2 novembre sur les réseaux sociaux qui a été rapidement retiré par les autorités chinoises.

Peng est un ancien joueur de double classé n ° 1 et propriétaire de titres à Wimbledon et à Roland-Garros.

La Fédération internationale de tennis, l’instance dirigeante du sport, a déclaré jeudi que les allégations de Peng « doivent être traitées ».

« Notre principale préoccupation reste le bien-être de Peng Shuai », a déclaré l’ITF dans un communiqué. « Nous continuerons à soutenir tous les efforts déployés à cette fin, à la fois publiquement et en coulisses. »

Andrea Gaudenzi, président de la tournée de tennis professionnel masculin, a déclaré que la situation soulève de « graves préoccupations au sein et au-delà de notre sport » et que la réponse « a jusqu’à présent été insuffisante ».

« Nous demandons à nouveau instamment une ligne de communication directe ouverte entre la joueuse et la WTA afin d’établir une image plus claire de sa situation », a déclaré Gaudenzi. « Nous savons que le sport peut avoir une influence positive sur la société et pensons généralement qu’avoir une présence mondiale nous donne les meilleures chances de créer des opportunités et d’avoir un impact.

Doriane Lau, chercheuse d’Amnesty International sur la Chine, a déclaré que le gouvernement chinois « a l’habitude de faire taire les femmes qui font des allégations de violence sexuelle » et a appelé la communauté internationale « à exhorter le gouvernement chinois à enquêter rapidement et efficacement sur toutes les allégations de violence sexuelle. « 

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.