Skip to content
Le CIO tente d’assassiner le sport féminin


La Fédération internationale des sports féminins est née en 1921 et les premiers Jeux olympiques féminins ont été inaugurés en 1922. Un siècle plus tard, le Comité international olympique (CIO) tente d’assassiner le sport féminin.

Wokisme

Jusqu’à récemment, les femmes transgenres devaient avoir un taux de testostérone inférieur à 10 nmol/L pendant 12 mois pour participer à une compétition féminine. Ce taux, qui reste trois fois supérieur à celui des femmes biologiques, visait néanmoins à réduire les inégalités de compétition en minimisant l’avantage que l’hormone de virilité donne aux personnes transgenres.

Mais voilà que le CIO, probablement en proie à une crise aiguë du wokisme, a proposé aux fédérations un nouveau cadre qu’elles peuvent appliquer ou ignorer selon leur bon sens. Selon ce cadre, les femmes transgenres seront exemptées de réduire leur taux de testostérone pour concourir dans les catégories féminines. Invoquer le sentiment féminin suffira à intégrer automatiquement une compétition féminine.

Certes, les femmes transgenres ont le droit de ressentir ce qu’elles ressentent. Mais il s’avère que, grâce à leurs qualités physiques, elles battent tous les records féminins en cyclisme, haltérophilie et course à pied. Dans les arts martiaux, les femmes biologiques n’ont guère de chance. On se souviendra que l’athlète transgenre Fallon Fox a littéralement fracassé le crâne de son adversaire.

Déconstruire

Ironiquement, le CIO dit qu’il veut offrir à tous les athlètes un environnement « juste et inclusif ». C’est d’ailleurs par souci d’équité que le dopage est interdit. Pourtant, ignorer la testostérone n’est ni juste ni inclusif pour les femmes biologiques. C’est même créer une contrefaçon grotesque et démotivante du sport féminin qui poussera inévitablement les femmes à l’abandonner.

Mais les zombies de l’église réveillés ne pensent pas aux injustices causées par leurs caprices. Ils ne visent qu’une chose : déconstruire ! Quant au CIO, il remporte la médaille d’or pour mépris des femmes biologiques ! Espérons que les fédérations ne suivent pas !

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.