Skip to content
Le couvre-feu prolongé de deux semaines en Martinique – RT en français

Instauré pour tenter de mettre fin aux violences nocturnes, le couvre-feu imposé aux Martiniquais a été prolongé de deux semaines. Le préfet justifie cette mesure par une dégradation des indicateurs de la pandémie de Covid.

Le préfet de la Martinique a annoncé le 7 décembre dans un communiqué la prolongation de deux semaines du couvre-feu en vigueur dans ce département d’outre-mer, soulignant l’inquiétude des autorités face aux indicateurs de la pandémie de Covid-19. La Martinique est secouée par un mouvement social majeur lié à diverses revendications (refus de l’obligation vaccinale, revendications politiques et sociales, notamment concernant le coût de la vie), mais aussi par divers épisodes de violences survenus ces dernières semaines.

Fin novembre, la préfecture a annoncé l’instauration d’un couvre-feu à partir de 19 heures sur toute l’île, pour tenter de mettre fin aux violences nocturnes. Cette mesure devait prendre fin le 8 décembre, mais a donc été prolongée par les autorités.

Le couvre-feu s’appliquera désormais de 20 heures à 5 heures du matin. Les établissements recevant du public, comme les restaurants et les théâtres, qui étaient auparavant autorisés à rester ouverts jusqu’à 22 heures, ne bénéficieront plus d’une dérogation.

Dans son communiqué, le préfet de la Martinique s’inquiète d’un système hospitalier « sous pression » et d’une situation sanitaire qui « se détériore de plus en plus ». Selon les chiffres des autorités, 618 nouveaux cas de Covid ont été enregistrés du 29 novembre au 5 décembre, contre 529 la semaine précédente. Les taux de positivité et d’incidence sont en hausse, alors que la vaccination stagne avec près de 40,5% des personnes ayant un calendrier vaccinal complet, chez les individus âgés de 12 ans et plus.



Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.