Skip to content
Le dirigeant français voit des progrès entre le Rwanda et la RD Congo


Le président français Emmanuel Macron a rencontré mercredi les dirigeants du Rwanda et de la République démocratique du Congo, constatant des progrès dans l’apaisement des tensions qui ont éclaté ces derniers mois.

En marge de l’Assemblée générale des Nations unies, Macron a invité le président rwandais Paul Kagame à déjeuner avec son homologue congolais Félix Tshisekedi, qui avait accusé la veille Kigali de soutenir les attaques des rebelles dans son pays.

Les trois dirigeants ensemble « ont fait part de leurs inquiétudes face à la recrudescence des violences dans l’est de la RDC », a déclaré la présidence française dans un communiqué.

La France a déclaré que Kagame et Tshisekedi étaient d’accord sur la nécessité du retrait des rebelles du M23 de la ville stratégique de Bunagana à la frontière ougandaise.

Les trois dirigeants veulent « intensifier une coopération durable pour lutter contre l’impunité et mettre fin aux activités des groupes armés dans la région des Grands Lacs », notamment les Forces démocratiques de libération du Rwanda, ou FDLR, indique le communiqué.

Le gouvernement de Kagame a exigé une répression contre les FDLR, un groupe hutu rwandais que Kigali considère comme une menace en raison de ses liens avec le génocide de 1994.

Mais le M23, un groupe distinct, majoritairement tutsi, dans l’est de la RD Congo en proie à la violence, a été au centre de tensions récentes.

Dans son allocution devant l’Assemblée générale mardi, Tshisekedi a affirmé que le Rwanda avait fourni un « soutien massif » au M23, qu’il a accusé d’avoir abattu un hélicoptère de maintien de la paix de l’ONU en mars, au cours duquel huit personnes sont mortes.

« L’implication et la responsabilité du Rwanda ne sont plus discutables », a-t-il déclaré.

Kagame a appelé au calme dans son propre discours mercredi.

« Il est urgent de trouver un besoin politique pour trouver et traiter la cause profonde de l’instabilité dans l’est de la RDC », a déclaré Kagame.

« Le jeu des reproches ne résout pas les problèmes. Ces défis ne sont pas insurmontables et des solutions peuvent être trouvées », a-t-il déclaré.

« Ce serait finalement beaucoup moins coûteux en termes d’argent et de vies humaines. »

Le gouvernement de Kagame a longtemps rejeté les allégations de soutien au M23, mais le secrétaire d’État américain Antony Blinken, lors d’une visite en août à Kinshasa, a déclaré qu’il y avait des informations « crédibles » sur le soutien rwandais.

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.