Skip to content
Le dirigeant ukrainien met en garde contre une action russe avant l’anniversaire de l’indépendance

Mercredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a mis en garde contre d’éventuelles actions russes alors que l’Ukraine se prépare à marquer son indépendance.

Lors de son discours nocturne dimanche, Zelenskyy a déclaré qu’il avait parlé avec le président français Emmanuel Macron de « toutes les menaces » posées par la Russie, et que des messages similaires avaient été envoyés au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres et au président turc Recep Tayyip Erdogan.

« Tous les partenaires de l’Ukraine ont été informés de ce à quoi l’Etat terroriste peut se préparer cette semaine », a déclaré Zelenskyy.

Le dirigeant ukrainien a mentionné qu’une action que la Russie pourrait entreprendre serait d’organiser un procès pour un groupe de soldats ukrainiens capturés lors du siège de la ville ukrainienne de Marioupol.

« Si ce procès-spectacle ignoble devait avoir lieu … ce serait la ligne au-delà de laquelle les négociations ne sont plus possibles », a déclaré Zelenskyy. « Il n’y aura plus de conversations. Notre État a tout dit.

Des milliers de morts

Mercredi, le 31e anniversaire de l’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis de la domination soviétique coïncide avec six mois depuis que la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine.

La guerre entre les pays voisins, qui fait rage depuis l’invasion russe du 24 février, a tué des milliers de combattants des deux côtés et des civils ukrainiens, tout en forçant des millions d’Ukrainiens à fuir leurs foyers pour se mettre en sécurité dans la partie ouest du pays, loin du front de bataille. lignes dans l’est de l’Ukraine, ou aller dans les pays voisins.

Des obus d’artillerie ont touché la ville de Nikopol, dans le sud de l’Ukraine, tôt dimanche, non loin de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia.

La Russie a ciblé des sites près d’Odessa, le principal port ukrainien de la mer Noire et plaque tournante de l’exportation de céréales. Mais le bombardement de Nikopol était particulièrement préoccupant, le gouverneur régional ukrainien Valentyn Reznichenko écrivant sur l’application de messagerie Telegram que 25 obus d’artillerie ont frappé la ville, incendiant une installation industrielle et coupant l’électricité à 3 000 personnes.

Peur d’un accident nucléaire

Les combats près de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia et la frappe de missiles de samedi sur la ville de Voznesensk, dans le sud de l’Ukraine, non loin de la deuxième plus grande installation atomique d’Ukraine, ont fait craindre aux dirigeants mondiaux un accident nucléaire.

L’Ukraine a demandé aux Nations Unies et à d’autres organisations internationales de forcer la Russie à quitter l’usine de Zaporizhzhia, qu’elle occupe depuis mars, alors même que des techniciens ukrainiens exploitent l’installation.

Enerhodar, une ville proche de l’usine, a récemment été victime de bombardements répétés, Moscou et Kyiv étant à blâmer.

Des pourparlers sont en cours depuis plus d’une semaine pour organiser une visite de la centrale par l’Agence internationale de l’énergie atomique.

Lors d’un appel téléphonique vendredi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré au président français Emmanuel Macron que la Russie autoriserait les inspecteurs internationaux à entrer dans l’usine.

Certaines informations pour cette histoire proviennent de l’Associated Press, de l’Agence France-Presse et de Reuters.

voanews eurp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.