Skip to content
Le FMI prêt à sauver le Sri Lanka


Le président Ranil Wickremesinghe a annoncé la bonne nouvelle mardi. DINUKA LIYANAWATTE/REUTERS

Désespéré, le Sri Lanka a cruellement besoin de cette aide du FMI, qui s’élève à 3 milliards de dollars.

« Les négociations avec le Fonds monétaire international ont atteint avec succès leur phase finale. Près de deux mois après l’exil forcé du président Gotabaya Rajapaksa le 9 juillet, son successeur Ranil Wickremesinghe a annoncé la bonne nouvelle mardi au Parlement. Des discussions ont lieu depuis plusieurs semaines entre les différents créanciers de l’Etat insulaire situé dans le sud de l’Inde. En avril, le Sri Lanka s’est retrouvé dans l’incapacité de rembourser sa dette extérieure de 51 milliards de dollars, principalement contractée avec la Chine, l’Inde et le Japon. Autre indicateur alarmant, l’inflation a atteint 64,3% sur un an en août.

« Le FMI attendait des preuves de sa probité financière de la part du gouvernement », observe Torek Farhadi, ancien conseiller de l’institution multilatérale et économiste spécialiste de la région. Pour satisfaire les exigences du pompier de la finance internationale, le président Ranil Wickremesinghe a décidé de faire passer la TVA de 12 à 15% pour tous…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.