Skip to content
le garde des sceaux pris en étau par l’opposition


Eric Dupond-Moretti lors d’une visite officielle à la prison de Fleury-Mérogis. EMMANUEL DUNAND/AFP

Après avoir été pris à partie par sa droite qui l’a accusé de « laxisme », Éric Dupond-Moretti est désormais critiqué à sa gauche.

La polémique autour de la course de karting organisée fin juillet à la prison de Fresnes place le garde des sceaux sous la pression de l’opposition. Habitué à être bousculé par la droite et le Rassemblement national qui aiment lui reprocher une forme de « laxisme » de la justice, Éric Dupond-Moretti est désormais bousculé par la gauche. En cause : sa réaction après la diffusion de la vidéo de l’événement « Kohlanness ». De la « images choquantes », a-t-il jugé, tout en réclamant une enquête.

Membre de la commission des lois, le député LFI Ugo Bernalicis l’a accusé d’avoir « plier devant l’extrême droite »qui s’indigna très tôt de l’organisation de la compétition entre détenus et surveillants. « A noter qu’Éric Dupond-Moretti est plus révolté par une heure de karting que par les conditions de détention », a écrit sur Twitter le parlementaire proche de Jean-Luc Mélenchon. Beaucoup à gauche estiment qu’en étant choqués de voir des détenus participer à de telles activités, la Garde des Sceaux donne un coup de pouce…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.