Skip to content
Le gouvernement français de retour des vacances d’été, face à de nombreux défis

Publié le:

Le gouvernement français est de retour en action après une pause estivale, avant ce qui devrait être un automne tendu, le parti au pouvoir d’Emmanuel Macron n’ayant pas la majorité absolue au parlement pour adopter une législation clé.

Macron présidera un conseil des ministres mercredi après une pause de trois semaines au fort de Brégançon, le palais d’été présidentiel français dans le département du Var, au cours de laquelle la France a été frappée par des incendies de forêt record, une sécheresse à travers le pays et des tempêtes meurtrières en La Corse.

Avant la réunion, Macron a dîné avec le Premier ministre Elisabeth Borne mardi soir, pour fixer l’ordre du jour de la rentréeou reprise du travail, qui s’annonce comme la rentrée en France.

L’énergie est au cœur des préoccupations, et la « mobilisation générale sur la sobriété énergétique », selon l’Elysée,

Vendredi, lors d’une commémoration de la libération de la Provence, Macron a dénoncé l’attaque « brutale » de la Russie contre l’Ukraine, et a appelé les Français à « accepter de payer le prix de notre liberté » face à la hausse du coût de l’énergie.

Borne devrait prononcer un discours sur la sobriété énergétique lors de la réunion annuelle du syndicat des cadres du Medef fin août.

Un séminaire gouvernemental à la fin du mois portera notamment sur l’environnement, et Macron a demandé aux législateurs de présenter une planification détaillée de la transition énergétique, mois par mois.

Macron, dont le parti n’a pas réussi à obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale lors des élections de juin, devra faire face à une opposition énergique. La gauche a repoussé la législation sur le pouvoir de dépenser d’urgence qui a été adoptée en juillet avec le soutien de la droite et de l’extrême droite.

L’opposition est déterminée à bloquer l’adoption du budget 2023 et est prête à débattre de questions comme l’assurance-chômage, les retraites ou la réforme de l’immigration.

Pour le budget, la présidence n’a pas exclu de recourir à l’article 49.3 de la constitution, qui permettrait au gouvernement de voter des lois sans tenir de vote au parlement.

(avec AFP)

rfi

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.