Actualités françaises

Le gouvernement prolonge l’aide à l’apprentissage en 2023 mais réduit la voilure

[ad_1]

Les primes de 5 000 euros pour les mineurs et de 8 000 euros pour les adultes seront toutes les deux ramenées à 6 000 euros.

Après deux ans d’investissements colossaux, le gouvernement n’entend pas abandonner les apprentis. Lors d’un déplacement conjoint dans les Etablissements de Maleville, une menuiserie d’art qui forme de nombreux jeunes alternants à Paris, le ministre du Travail, Olivier Dussopt et la ministre déléguée à la Formation professionnelle, Carole Grandjean, ont annoncé en 2023 la poursuite des aides à l’apprentissage.

Suite à de multiples concertations avec les acteurs du secteur, l’exécutif a décidé de maintenir un effort important pour ces publics tout en réduisant légèrement la voilure. Ainsi, à partir du 1euhEn janvier 2023, les primes de 5 000 euros pour les mineurs et de 8 000 euros pour les adultes seront toutes les deux ramenées à 6 000 euros. Ce montant sera versé à toutes les entreprises pour les contrats conclus avec un alternant durant la première année d’exécution du contrat. « Ce soutien fera de la France une véritable nation apprenante au service du plein emploi», se sont réjouis les deux ministres.

L’ambition de ce développement est multiple. Il s’agit surtout de concentrer plus fortement les efforts de l’Etat sur les jeunes en CAP ou en lycée professionnel tout en réduisant les effets d’aubaine sur les publics les plus diplômés et dont les bénéfices des apprentissages sont moindres. Au printemps dernier, la Cour des comptes avait à juste titre vivement critiqué l’action du gouvernement sur ce point dans un rapport au vitriol. Qu’il s’agisse de la réforme de 2018 ou des aides allouées depuis l’été 2020, les Sages ont regretté un manque de ciblage de l’action publique tout en déplorant que les sommes stratosphériques investies par l’Etat profitent peu aux jeunes ayant le plus de difficultés à trouver un emploi. Une double peine. Si l’alternance a connu un boom quantitatif indéniable, cette progression ne correspond pasles objectifs historiquement associés à la politique d’apprentissage», ont gazouillé les magistrats.

C’est un très bel investissement dans notre jeunesse qui vaut

Elisabeth Borne

L’autre enjeu pour l’exécutif était de réduire, dans une proportion mesurée, le soutien de l’État. En effet, en 2021, les primes de 5 000 à 8 000 euros versées aux entreprises représentaient pas moins de 4,4 milliards d’euros. A l’avenir, la prime de 6000 euros devrait forcément faire baisser la facture. Mais pas assez – et c’est le souhait du gouvernement – ​​pour que l’apprentissage puisse continuer à progresser durablement. En concernant plus de 700 000 jeunes en 2021 contre quelque 300 000 en 2018, le ministère du Travail n’entend pas mettre en péril la dynamique rencontrée sur l’apprentissage. Ce dispositif, qui allie théorie et pratique en entreprise – et qui bat record sur record depuis 2018 en termes de bénéficiaires – est un véritable tremplin vers l’emploi pour des centaines de milliers de jeunes chaque année. Et, de plus, il participe à la bonne santé du marché du travail puisque près d’un cinquième des créations nettes d’emplois sur l’année écoulée sont dues à l’apprentissage, selon l’Insee.

« C’est un énorme levier d’égalité des chances et je pense que c’est un très bon investissement dans notre jeunesse qui en vaut la peine.», déclarait Elisabeth Borne au printemps dernier. La Première ministre a également fixé à son ministre du Travail d’atteindre le million d’apprentis en année pleine à la fin du quinquennat. Nul doute que le maintien d’une prime importante pour les jeunes facilitera la tâche d’Olivier Dussopt.

VOIR ÉGALEMENT – Réforme du lycée professionnel : Macron veut « valoriser » les apprentissages

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page