actualité économiqueEntreprise

Le gouvernement promet 435 millions d’euros pour le transport aérien vert

[ad_1]

Cette aide d’État contribuera aux efforts du secteur aéronautique pour développer de nouvelles technologies à zéro émission de CO2.

L’Etat français consacrera 435 millions d’euros à partir de 2023 à la décarbonation du secteur du transport aérien, a annoncé vendredi le ministre délégué aux Transports Clément Beaune lors d’une réunion des acteurs de la filière sur le site. d’Airbus à Toulouse. « Décarboner l’aviation n’est pas une option, c’est une obligation», a déclaré le ministre dans un communiqué, s’engageant ainsi à «accompagner le secteur dans cette transition essentielle à son avenir». Parmi les projets qui seront financés par cette dotation : la production du premier avion bas carbone d’ici 2030.

Interrogé par l’AFP sur les projets à l’étude et la répartition de cette enveloppe de près d’un demi-milliard d’euros, le ministère a répondu que «le programme est en cours de définition avec le secteur« . Les acteurs de l’aéronautique travaillent déjà sur des innovations technologiques pour réduire les émissions de CO2 des avions. Airbus, qui s’est engagé à ce que ses avions volent à 100% avec des carburants verts d’ici 2030, développe un avion à hydrogène. De son côté, Safran travaille sur des équipement.

VOIR ÉGALEMENT – Hydrogène : Elisabeth Borne annonce la construction de dix « gigafactories »

L’aviation représente entre 2 et 3% des émissions mondiales de CO2, le principal gaz à effet de serre, selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), une agence de l’ONU. Bien qu’affaibli par la pandémie, le trafic aérien mondial devrait atteindre 10 milliards de passagers en 2050, soit plus du double de son niveau de 2019. C’est autant d’émissions en plus si rien n’est fait. L’Association du transport aérien international (Iata), qui regroupe la grande majorité des compagnies aériennes, ainsi que l’industrie aéronautique, s’est engagée à réduire à zéro les émissions nettes de CO2 d’ici 2050, y compris des mécanismes controversés de compensation carbone.

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page