Actualités françaises

Le marchand d’armes russe libéré Viktor Bout soutient l’offensive de Poutine

[ad_1]

« Si j’en avais l’occasion et les compétences nécessaires, je ferais du bénévolat[pour combattre en Ukraine]», a déclaré l’ex-officier de l’armée soviétique, échangé contre la basketteuse américaine Brittney Griner.

Le trafiquant d’armes russe Viktor Bout, libéré dans un échange avec Washington contre la basketteuse américaine Brittney Griner, a apporté samedi 10 décembre son soutien à Vladimir Poutine et à l’offensive en Ukraine.

Dans une interview accordée au média russe RT, il a confirmé qu’il « toujoursavait un portrait de Vladimir Poutine dans sa cellule alors qu’il était emprisonné aux États-Unis, où il a été condamné à 25 ans de prison après avoir été arrêté en 2008 en Thaïlande. « Je suis fier d’être russe et notre président est Poutine« , il a dit.

L’ancien officier de l’armée soviétique de 55 ans a également déclaré qu’il soutenait «pleinement» l’attentat du Kremlin en Ukraine. « Si j’en avais l’opportunité et les compétences nécessaires, je me porterais volontaire (pour combattre en Ukraine)dit-il, disant nonne pas comprendrepourquoi l’offensive massive de Moscou n’avait pas eu lieu dès 2014.

Accusations contre l’Occident

Il s’est aussi présenté, encore une fois, comme un homme d’affaires qui travaillait légalement, mais qui servait »d’exemplepour forcer d’autres Russes à accepter des accords avec Washington, ce qu’il dit avoir refusé de faire. L’intéressé a également nié avoir vendu des armes aux talibans, comme l’accusent des articles de la presse américaine. « Les talibans avaient mis ma tête à prix. Alors comment dire que j’ai collaboré avec eux ? Ça n’a pas de sens« , a-t-il assuré. Enfin, il a accusé l’Occident d’encourager « un suicide de civilisation » avec « drogues, LGBTQ+« .

Né, selon un rapport des Nations unies, en 1967 à Douchanbé, capitale de l’ex-république soviétique du Tadjikistan, Viktor Bout a étudié à l’Institut militaire des langues étrangères de Moscou, avant d’entrer dans l’armée de l’Air.

Il a pu, à partir de 1991 et de la chute de l’URSS, selon ses accusateurs, acquérir à bas prix une quantité d’armements sur des bases militaires de l’ex-URSS, alors en plein chaos, et les revendre dans plusieurs zones de conflit, en notamment en Afrique. Ses éventuels liens avec les services russes ne sont pas connus.

VOIR ÉGALEMENT – La basketteuse Brittney Griner libérée lors d’un échange de prisonniers entre la Russie et les États-Unis

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page