Skip to content
Le ministre de l’Economie, Pierre Fitzgibbon, défend le recours au cabinet McKinsey


Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, défend le recours à la firme McKinsey, qui a produit l’étude phare du secteur québécois des batteries.

• Lisez aussi : Trois milliards de projets supplémentaires dans le secteur des batteries

« McKinsey n’a jamais été utilisé par M. Legault, par moi, ou par d’autres ministres, pour nous donner des recommandations sur ce qu’il faut faire dans nos programmes », a assuré le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon, en marge d’une annonce, à Saint -Jérôme, vendredi.

« Ce sont des firmes, il y en a d’autres aussi, qui ont des informations que nous n’avons pas », a-t-il ajouté.

Mardi dernier, Le journal révélé qu’Investissement Québec a versé 495 000 $ pour la firme McKinsey de faire une étude sur l’industrie québécoise des batteries.

Cependant, selon lui, le travail effectué par la firme ne peut pas être fait par des fonctionnaires.

« Je suis très fier des officiels. Nous sommes les champions du monde du secteur des batteries, sauf qu’il y a des données que nous n’avons pas », a poursuivi le ministre.

Travail de recherche

Par exemple, McKinsey a pu aider le gouvernement à savoir si des cellules de batterie peuvent être fabriquées, étant donné que l’assemblage se fait en Géorgie.

Selon le ministre, la firme a fait un travail de recherche que l’Etat ne peut pas faire et il convient d’être bien préparé avec des faits en Conseil des ministres

« En termes de coût, on peut se demander si c’est cher, mais il faut payer pour la qualité », a-t-il conclu.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-borsa

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.