Divertissement

Le ministre ukrainien de la Culture appelle au boycott de Casse-Noisette Tchaïkovski : NPR

[ad_1]

Anna Dobrova, 19 ans, répète pour une production de La reine des Neiges par le Ballet national de Kyiv à l’Opéra national de Kyiv dimanche. Le medley sera interprété sans musique par Piotr Tchaïkovski et Sergueï Prokofiev cette année.

Pete Kiehart pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Pete Kiehart pour NPR


Anna Dobrova, 19 ans, répète pour une production de La reine des Neiges par le Ballet national de Kyiv à l’Opéra national de Kyiv dimanche. Le medley sera interprété sans musique par Piotr Tchaïkovski et Sergueï Prokofiev cette année.

Pete Kiehart pour NPR

Le ministre ukrainien de la Culture appelle les alliés occidentaux du pays à boycotter temporairement les artistes et compositeurs russes.

Dans une chronique d’opinion du mercredi pour Le gardienOleksandr Tkachenko écrit que le président russe Vladimir Poutine considère la culture russe comme « un outil et même une arme » pour attaquer les valeurs libérales et faire avancer son propre programme.

Tkachenko dit que les alliés de l’Ukraine peuvent riposter en rejetant les artistes russes – et pas seulement ceux qui confirment qu’ils soutiennent le régime totalitaire qui a mené près de 10 mois de violence contre son État voisin.

« Nous ne parlons pas d’annuler Tchaïkovski, mais plutôt de suspendre les performances de ses œuvres jusqu’à ce que la Russie cesse son invasion sanglante », a écrit Tkachenko.

« Les lieux culturels ukrainiens l’ont déjà fait avec lui et d’autres compositeurs russes. Nous appelons nos alliés à faire de même. »

L’article du ministre représente la première fois qu’un responsable ukrainien appelle à un boycott culturel, bien que de nombreuses institutions aient pris des mesures dans cette voie depuis le début de la guerre.

Les artistes interprètes ou exécutants du Ballet national de Kyiv répètent pour une production de La reine des Neiges à l’Opéra national de Kyiv dimanche.

Pete Kiehart pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Pete Kiehart pour NPR


Les artistes interprètes ou exécutants du Ballet national de Kyiv répètent pour une production de La reine des Neiges à l’Opéra national de Kyiv dimanche.

Pete Kiehart pour NPR

Mais pause des performances de Piotr Tchaïkovski, le compositeur derrière le classique de Noël par excellence Casse-Noisetteest une grande demande – et une demande tardive – pour un pays comme les États-Unis, où la saison de Noël (ou du moins la saison des achats de Noël) démarre avant le calendrier de l’Avent.

Casse-NoisetteLe lieu sûr de en tant que tradition saisonnière en a fait le joyau de la couronne du répertoire de toute troupe qui se respecte – ainsi que sa principale source de revenus.

Casse-Noisette, un aliment de base saisonnier pour le public, est un moteur de profit pour les sociétés de production

Environ 45 % des ventes annuelles de billets pour le réputé New York City Ballet proviennent de ses cinq semaines de Casse-Noisette, Reuters a rapporté l’année dernière.

NPR a demandé des commentaires au New York City Ballet – ainsi qu’à des compagnies de premier plan comme l’American Ballet Theatre et le San Francisco Ballet – mais n’a pas reçu de réponse.

À l’échelle internationale, les compagnies de ballet ont adopté un ton mesuré mais résolu, beaucoup affirmant qu’elles n’embaucheraient pas d’individus associés au Kremlin, mais qu’elles s’abstiendraient de censurer les compositeurs.

« La présentation de grandes œuvres historiques telles que Casse-Noisetteinterprété par une liste internationale de danseurs, devrait envoyer une déclaration puissante selon laquelle Tchaïkovski – lui-même d’origine ukrainienne – et ses œuvres parlent à toute l’humanité, en opposition directe et puissante à la vision étroite et nationaliste de la culture véhiculée par le Kremlin », un a déclaré le porte-parole du Royal Ballet de Londres à NPR.

Le Ballet national anglais a raconté Le gardien il « est solidaire de tous ceux qui sont touchés par l’invasion russe » mais il ne changerait pas son programme.

Le Royal Ballet interprète « Casse-Noisette » lors d’une représentation de relais cinématographique au début de sa course festive au Royal Opera House de Londres lundi.

Toby Melville/Reuters


masquer la légende

basculer la légende

Toby Melville/Reuters


Le Royal Ballet interprète « Casse-Noisette » lors d’une représentation de relais cinématographique au début de sa course festive au Royal Opera House de Londres lundi.

Toby Melville/Reuters

Les œuvres d’importance historique ont été exclues des autres boycotts russes

Tchaïkovski n’est pas le seul artiste russe dont l’héritage semble prêt à résister à la guerre.

Igor Stravinsky, Dmitri Chostakovitch et Sergei Rachmaninoff figurent tous au calendrier des événements hivernaux des meilleures institutions comme le New York Philharmonic, le Chicago Symphony Orchestra et le Boston Symphony Orchestra.

Le BSO a déclaré dans un communiqué qu’il continuerait à interpréter des œuvres de compositeurs russes car il est « dédié à honorer de grandes œuvres musicales ». Les demandes de commentaires de NPR au Philharmonic and Chicago Symphony Orchestra sont restées sans réponse.

Les œuvres d’artistes visuels comme Wassily Kandinsky et Marc Chagall sont toujours exposées dans les galeries du Guggenheim et de la National Gallery. Et la littérature russe se trouve toujours dans les rayons des grands détaillants.

Les artistes des livres d’histoire semblent être une exception à l’érosion globale des échanges culturels de l’Occident avec la Russie.

Après l’invasion initiale de l’Ukraine, les institutions artistiques modernes ont lancé leurs propres offensives de boycott, sans cesser d’épargner même les artistes russes qui se sont prononcés contre Poutine.

Le Metropolitan Opera a annulé des contrats avec des artistes qui soutiennent Poutine. L’Eurovision a interdit aux artistes soutenus par le Kremlin de participer. Le festival de Cannes a désinvité les délégations russes.

La réaction aux mouvements a été mitigée, des universitaires et des écrivains comparant le moment à la peur rouge de McCarthy dans les années 1950 et prédisant en retour une rhétorique anti-occidentale accrue de Moscou.

« Il est profondément ironique que ceux qui réagissent à la guerre en Ukraine en annulant ou en restreignant de manière agressive ou aveugle des artistes et des œuvres artistiques simplement parce qu’ils sont russes reflètent le même type de pensée nationaliste qui a conduit à l’invasion russe en premier lieu », Kevin Platt, professeur d’études russes à l’Université de Pennsylvanie, a écrit pour Le New York Times.

Il y a peu de preuves suggérant que les boycotts ont infligé des dommages économiques à la Russie ou modifié le comportement de Poutine.

Mais Tkachenko dit que le symbolisme ne pouvait pas arriver à un moment plus critique : l’héritage artistique de l’Ukraine semble chancelant.

L’identité culturelle de l’Ukraine a été ébranlée par la violence

Une sculpture du héros national ukrainien et barde Taras Shevchenko se trouve près des ruines du Palais de la culture local à Dergachi, en Ukraine, le 14 mai. Le bâtiment avait récemment été utilisé comme centre de distribution d’aide humanitaire pour les civils ukrainiens avant d’être détruit par un tir de missile le 11 mai.

John Moore/Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

John Moore/Getty Images


Une sculpture du héros national ukrainien et barde Taras Shevchenko se trouve près des ruines du Palais de la culture local à Dergachi, en Ukraine, le 14 mai. Le bâtiment avait récemment été utilisé comme centre de distribution d’aide humanitaire pour les civils ukrainiens avant d’être détruit par un tir de missile le 11 mai.

John Moore/Getty Images

« Notre ministère de la politique de la culture et de l’information a enregistré plus de 800 cas de destruction : monuments et oeuvres d’art, musées, édifices historiques de valeur », écrit-il dans la colonne.

« Cette guerre est une bataille civilisationnelle sur la culture et l’histoire. »

Mis à part les bâtiments détruits, l’héritage culturel de l’Ukraine n’a pas été facile à démêler de l’influence russe. Environ un tiers des Ukrainiens citent le russe comme langue maternelle. Les monuments de l’ère soviétique parsèment encore les rues de Kyiv.

Pour ceux des pays occidentaux qui cherchent à échanger un classique russe avec un ukrainien, on pourrait envisager de commencer par chant des cloches.

L’air, intitulé à l’origine « Shchedryk », a été composé par l’Ukrainien Mykola Leontovych et amené aux États-Unis en 1922 lors d’une mission diplomatique visant à promouvoir l’identité distincte de l’Ukraine (bien qu’elle ait de toute façon rejoint l’Union soviétique la même année).

Ce week-end, exactement un siècle après les débuts nord-américains de la chanson, des musiciens ukrainiens ont de nouveau amené la chanson sur la scène du Carnegie Hall.

Une chorale d’enfants de Kyiv a chanté « Shchedryk » avec ses paroles originales, qui racontent l’histoire d’une hirondelle qui prédit un printemps brillant et opulent – si seulement on peut traverser l’obscurité de l’hiver.

Dimanche, des membres de la chorale d’enfants Shchedryk de Kyiv se produisent au Carnegie Hall.

Fadi Kheir/Carnegie Hall


masquer la légende

basculer la légende

Fadi Kheir/Carnegie Hall


Dimanche, des membres de la chorale d’enfants Shchedryk de Kyiv se produisent au Carnegie Hall.

Fadi Kheir/Carnegie Hall

[ad_2]

Entertainment

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page