Skip to content
Le nombre de cas ne sera plus enregistré dans les écoles

 | Nouvelles d’aujourd’hui

Titres d’aujourd’hui Actualités d’aujourd’hui

Avec le retour en classe prévu lundi, le Québec changera complètement sa façon d’identifier la présence de la COVID-19 dans le réseau scolaire. Les parents ne seront plus informés de la présence d’un cas dans la classe de leur enfant.

• Lire aussi : « Secours » et « parents volontaires » en renfort dans les écoles

Jusqu’en décembre, le ministère de l’Éducation enregistrait chaque jour le nombre de cas positifs dans les écoles du Québec, tant chez les membres du personnel que chez les élèves.

À compter du 17 janvier, Québec percevra plutôt le taux d’absentéisme des employés et des étudiants, selon une formule qui reste à préciser (deux fois par semaine pour les membres du personnel).

Puisque les élèves n’auront plus à s’isoler s’ils sont en contact avec un cas positif dans leur classe, les parents ne seront pas informés si la situation se produit, confirme-t-on au bureau du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

Miser sur la bonne foi des parents

Puisque les tests rapides restent le seul moyen de savoir si un enfant a contracté le virus ou non, les directions d’école devront se fier à la bonne foi des parents qui ont testé leur enfant à la maison.

Un parent dont l’enfant a le nez qui coule pourra envoyer son enfant à l’école sans avoir à prouver qu’il a été testé négatif à la maison. Cependant, s’il y a des symptômes pendant la journée, un élève du primaire peut être testé à l’école.

Les écoles secondaires, cependant, n’auront pas accès à des tests rapides pour dépister les élèves qui présentent des symptômes en classe.

A voir aussi




Derniers titres d’actualités Actualités d’aujourd’hui

journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.