Skip to content
Le nouveau système qui devrait remettre les jeunes décrocheurs au travail

[ad_1]

Le contrat d’engagement des jeunes (CEJ) entre en vigueur le mardi 1er mars, avec l’ambition de toucher plus de 400 000 jeunes en 2022.

C’est le dernier acte du quinquennat social d’Emmanuel Macron. Et face à l’actualité internationale la plus mouvementée, il ne bénéficiera pas de toute la lumière qu’espérait l’exécutif. Néanmoins, le gouvernement a tout de même voulu voir grand ce mardi en mobilisant près d’une dizaine de ses ministres venus de toute la France pour marquer le coup et lancer sur scène le tout nouveau contrat d’engagement des jeunes (CEJ).

Un dispositif d’accompagnement intensif, promis par le président de la République à l’été 2021, destiné aux jeunes de moins de 26 ans qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation – c’est-à-dire les fameux « Neet », que nous estimé à plus de 1,5 million en France. Il sera également ouvert aux jeunes travailleurs précaires.

Ce lancement en grande pompe vient concrétiser tout prêt une année de travail, mais aussi d’atermoiements et de luttes entre Bercy et Rue de Grenelle, pour élaborer une solution concrète à apporter à ces jeunes éloignés de l’emploi. Le CEJ prend ainsi le relais…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.