Skip to content
Le pass santé suspendu à partir du 15 janvier si pas de rappel dans les 7 mois

Lors de sa conférence de presse, le ministre de la Santé assure qu’il n’y aura pas de restrictions de déplacements, ni de confinement, ni de couvre-feu. Il a également refusé d’imiter les mesures sanitaires prises dans d’autres pays.

« Le virus circule à nouveau, il circule vite, il circule partout », a déclaré Olivier Véran, ministre de la Santé, en préambule de sa conférence de presse du 25 novembre.

« Oui, cette 5e vague sera sans doute plus forte, plus longue, que la quatrième vague survenue cet été », a-t-il poursuivi, précisant que le Covid-19 a prospéré grâce aux conditions hivernales qui se sont installées en France. « Il n’y a pas de fatalité face à ce Covid et ses cycles », a toutefois tempéré Olivier Véran.

Pas de confinement ni de couvre-feu prévu mais une 3ème dose nécessaire au pass sanitaire

A la suite du conseil de défense et de sécurité nationale qui s’est tenu hier, le ministre de la Santé a assuré qu’il n’y aura « pas de confinement ni de couvre-feu, ni de fermeture anticipée de commerces, ni de restriction de circulation ».

« Nous faisons le choix de concilier liberté et responsabilité […] sans recourir aux outils les plus restrictifs », a-t-il déclaré, faisant référence aux mesures prises dans d’autres pays européens, comme l’Autriche ou l’Italie.

Cependant, toute personne âgée de plus de 18 ans devra justifier sur son pass sanitaire à compter du 15 janvier 2022 d’avoir reçu un rappel de vaccin anti-Covid au plus sept mois après la précédente, a annoncé Olivier Véran.

« A partir du 15 décembre, le pass sanitaire des personnes de plus de 65 ans ne sera plus actif si le rappel n’a pas été effectué dans les sept mois suivant l’infection ou après la dernière injection. Et à partir du 15 janvier, ce pass santé pour tous les autres publics, c’est-à-dire les Français de 18 à 64 ans, ne sera plus actif si le rappel n’a pas été effectué dans ce délai qui reste inchangé. sept mois après la dernière injection », a déclaré le ministre de la Santé aux journalistes.

Olivier Véran a donc annoncé que le rappel vaccinal était désormais ouvert aux plus de 18 ans, dès 5 mois après les deux injections. « Avec le rappel, l’immunité redevient optimale », a-t-il déclaré, avançant que « même chez les adultes les plus jeunes, l’immunité commence à baisser au bout de quelques mois » et pour citer la Haute Autorité de Santé qui a abondé en ce sens. « Pour ceux qui ont été infectés, la règle est simple ; une infection : une injection. Si vous avez été infecté et que cela fait plus de 5 mois que vous avez eu votre dernière injection, faites-vous vacciner avec le rappel », a-t-il également déclaré.

« En pratique, cela concerne 25 millions de Français, dont 6 millions ont déjà reçu leur rappel, il y a donc encore 19 millions de Français à ce jour qui deviennent éligibles au rappel et que nous appelons à se faire vacciner dans les deux prochains mois », a précisé le ministre de la Santé.

Le rappel est donc ouvert à partir du 27 novembre. « Vous pouvez déjà vous rendre sur les plateformes de prise de rendez-vous en ligne pour réserver vos créneaux […] nous allons ouvrir, rouvrir ou agrandir les centres de vaccination à partir de ce week-end », a assuré le ministre. La dose de rappel obligatoire sur le pass santé le 15 janvier pour les adultes de plus de 18 ans.

« Les médiateurs de la santé » et le retour du port obligatoire du masque à l’intérieur et des animations à l’extérieur

Olivier Véran a également annoncé la mise en place de « médiateurs de santé » en coopération avec les collectivités locales pour les personnes isolées, mais aussi des barnums de vaccination, notamment dans les centres commerciaux.

« Il y aura des vaccins pour tout le monde. Plus de 25 millions de vaccins messagers sont actuellement stockés dans les établissements, mais aussi dans les médecins et pharmacies de la ville », a assuré le ministre de la Santé.

Le port du masque sera à nouveau obligatoire partout en intérieur et certains événements en extérieur, comme les marchés de Noël, sous la vigilance des préfets. Les tests ne seront valables que 24 heures contre 72 heures auparavant. « Si vous n’avez pas encore été vacciné, et si vous souhaitez bénéficier du pass sanitaire, vous devrez vous faire tester tous les jours à vos frais », précise Olivier. Véran. Il existe cependant quelques exceptions : les personnes vaccinées ou déclarées cas contact par l’ARS ou l’assurance maladie peuvent se faire tester gratuitement.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.