Skip to content
Le patron mondial de l’antidopage met en garde la Russie — RT Sport News


La Russie ne devrait pas s’attendre à ce que son agence antidopage soit automatiquement rétablie à l’expiration de son interdiction de deux ans le mois prochain, a déclaré le président de l’Agence mondiale antidopage (AMA), Witold Banka.

L’Agence antidopage russe (RUSADA) a été déclarée non conforme par l’AMA en 2019 et a prononcé une interdiction de quatre ans après des allégations de falsification de données de laboratoire.

Cette sanction a été réduite de moitié en appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) en 2020 et doit prendre fin le 17 décembre de cette année.

Banka a été réélu à son poste pour un deuxième mandat de trois ans vendredi et a discuté de la question de la Russie lors d’une conférence de presse à Montréal.

« Le processus de réintégration ne se termine pas le 17 décembre, en fait le processus ne commence qu’à cette date », Banka a déclaré dans des commentaires partagés par Reuters.


« Au cours des trois phases de ce processus, la conformité serait rigoureusement évaluée.

« Et bien sûr, nous devrons vérifier chacune des conditions de réintégration … pas simplement accepter la parole de qui que ce soit. »

Le chef polonais de l’AMA a déclaré que son organisation n’était pas « naïf » et accusé la Russie d’avoir commis « le crime le plus affreux contre le sport propre. »

« Nous savons que la confiance dans la Russie et son système antidopage est extrêmement faible et il y a bien sûr une raison à cela », a affirmé le fonctionnaire.

L’interdiction imposée par l’AMA faisait suite à des sanctions déjà imposées en raison d’allégations de longue date de dopage parrainé par l’État en Russie – ce que le pays a nié avec véhémence.

Le scandale du dopage a coûté à de nombreux athlètes russes leur place aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, tandis que d’autres n’ont été autorisés à participer aux Jeux d’hiver de 2018 à PyeongChang qu’en tant qu ‘«athlètes olympiques de Russie».

Les allégations de manipulation en laboratoire sont apparues après le rétablissement de RUSADA en 2018, et signifiaient que les athlètes russes étaient à nouveau contraints de participer aux Jeux de Tokyo en 2020 et aux Jeux olympiques de Pékin en 2022 sous un statut neutre.


Le patron mondial de l’antidopage met en garde la Russie — RT Sport News

La recommandation du Comité international olympique (CIO) en février d’interdire les compétitions aux athlètes russes et biélorusses en raison du conflit en Ukraine complique actuellement le retour complet de la Russie dans le giron sportif international.

La RUSADA et l’AMA sont également en désaccord sur l’enquête antidopage sur la patineuse artistique olympique adolescente Kamila Valieva, cette dernière organisation exprimant son mécontentement quant à la manière dont l’affaire a été traitée en Russie.

L’AMA a déposé une plainte auprès du TAS, où elle demande une interdiction de quatre pour Valieva, qui avait 15 ans lorsqu’elle a été testée positive pour la trimétazidine, un médicament cardiaque interdit.

La RUSADA, dirigée par la directrice générale Veronika Loginova, a insisté sur le fait qu’elle avait suivi toutes les étapes nécessaires décrites par l’AMA sur la feuille de route pour être déclarée conforme en décembre.

LIRE LA SUITE:
Un politicien russe soutient la réintégration de la RUSADA

Commentant les dernières remarques de Banka, le chef de la Fédération russe de lutte, Mikhail Mamiashvili, a déclaré qu’elles n’étaient pas inattendues compte tenu du climat actuel.

« Toute une série de mesures fonctionnent déjà [in Russia against doping]. Pourquoi l’AMA ne voit-elle pas ce travail ? » a demandé Mamiashvili, s’adressant à RIA Novosti.

« Parce qu’ils sont très politisés. Ces sujets sont indissociables. »

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.