Skip to content
le plan d’investissement dans les compétences n’a pas profité au public visé


Les publics bénéficiaires ne sont pas ceux attendus. 160011262/auremar – stock.adobe.com

Malgré les sommes importantes qui lui sont allouées, ce système n’a pas réussi à aider de manière significative les groupes les plus vulnérables.

Des résultats décevants au vu des sommes investies. C’est ainsi que pourrait se résumer l’action du plan d’investissement dans les compétences (PIC) lancé en 2018 par le gouvernement. Cet engagement présidentiel doté de 15 milliards d’euros – une somme inédite pour le projet compétences – était destiné à former d’ici 2022 quelque 2 millions de demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés et de jeunes éloignés du marché du travail.

Mécaniquement, les efforts financiers consentis ont permis une augmentation substantielle du nombre de personnes formées entre 2018 et 2021, qu’elles soient diplômées ou non. Mais, malgré une forte volonté politique affichée, ce plan n’a pas vraiment profité aux publics visés.

Le rapport du comité d’évaluation du PIC, qui a présenté jeudi son troisième bilan, le réaffirme : « La volonté de cibler les efforts du PIC sur les moins qualifiés peine à se traduire dans les faits, et les importants moyens déployés par le plan n’ont pas été particulièrement…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 63% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.