Nouvelles du monde

Le président élu brésilien demande la libération d’Assange — RT World News

[ad_1]

Le président élu brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a appelé à la libération du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, de la prison britannique à sécurité maximale de Belmarsh. Assange est détenu depuis 2019 et attend son extradition vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 ans de prison pour la publication de documents classifiés.

S’adressant à Twitter mardi, Lula a publié une photo de lui serrant la main de la rédactrice en chef de WikiLeaks, Kristinn Hrafnsson, avec l’ambassadeur de WikiLeaks, Joseph Farrell, debout à proximité. Les principaux représentants de l’organisation de dénonciation sont arrivés dans le pays d’Amérique latine dans l’espoir de tenir également une réunion avec les législateurs brésiliens.

Selon le texte d’accompagnement, les deux ont informé le responsable brésilien de « L’état de santé de Julian Assange et son combat pour la liberté.» Lula da Silva a, à son tour, demandé à ses invités de transmettre sa solidarité au fondateur emprisonné de WikiLeaks. Il a également exprimé l’espoir que «Assange soit libéré de son emprisonnement injuste.

Dans son propre tweet, Hrafnsson a déclaré qu’il avait eu une réunion privée avec le président élu brésilien, qu’il a remercié pour son « support en cours,» et décrit comme un «véritable homme de passion, de vision et de sympathie.

Plusieurs médias ont rapporté que la délégation de WikiLeaks prévoyait de rencontrer mardi Humberto Costa, le président de la Commission des droits de l’homme du Sénat brésilien, ainsi que des législateurs de la chambre basse. Les représentants du lanceur d’alerte auraient discuté avec les députés d’un certain nombre de mesures que ces derniers pourraient prendre, notamment l’envoi d’une lettre à l’ambassade des États-Unis à Brasilia exhortant Washington à abandonner les charges contre Assange.


Lula da Silva, qui a été élu président fin octobre dans une course serrée contre le président sortant de droite Jair Bolsonaro, est depuis longtemps un fervent partisan d’Assange.

Assange est détenu dans la prison britannique de haute sécurité de Belmarsh depuis avril 2019, date à laquelle il a été expulsé de l’ambassade d’Équateur à Londres après que Quito a révoqué son statut d’asile.

Le journaliste, dont la santé s’est gravement détériorée en détention au Royaume-Uni, attend son extradition vers les États-Unis. Là, il risque une peine de 175 ans pour avoir divulgué des documents secrets qu’il a reçus d’un analyste de l’armée américaine alléguant des crimes de guerre américains en Irak et en Afghanistan.

Les partisans de WikiLeaks insistent sur le fait qu’Assange pratiquait simplement le journalisme en publiant les documents, qui ont été expurgés pour supprimer certaines informations sensibles. Les militants affirment que Washington a exercé des représailles contre le point de vente et son fondateur pour avoir dénoncé ses propres crimes de guerre.



[ad_2]

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page