Skip to content
« Le prix Goncourt pour les détenus contribuera à réduire les violences »

[ad_1]

Au micro de Philippe Vandel sur Europe 1 lundi, la ministre de la Culture Rima Abdul Malak a rappelé le lancement du prix littéraire et le rôle déterminant des pratiques culturelles dans l’insertion professionnelle des détenus.

Quinze livres sélectionnés par l’Académie Goncourt seront proposés à la délibération des détenus. « Cette initiative réunit deux mondes considérés à tort comme distants, celui de la création littéraire et celui de l’univers carcéral.», s’est félicitée auprès de l’AFP Roselyne Bachelot, lors du lancement du prix Goncourt pour les détenus, en mars dernier, soulignant «le lien intime« entre certains »chefs-d’œuvre de la littérature et le drame de la détention« .

Avec le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti, l’ancienne ministre de la Culture a signé le 14 mars ce nouveau protocole pour réaffirmer le rôle de la culture dans le dispositif de réinsertion des détenus. « La culture est un vecteur d’épanouissement personnel, d’intégration scolaire, professionnelle et sociale. Il peut être considéré comme un élément qui donne du sens à la peine dans une perspective de prévention de la récidive.», a estimé pour sa part Éric Dupond-Moretti.

« De plus en plus de lecture en prison »

Rima Abdul Malak, la nouvelle ministre de la Culture, a repris le flambeau de ce projet, également convaincue que «il contribuera à réduire les violences puis à améliorer l’insertion professionnelle de ceux qui sortiront de prison», a-t-elle déclaré au micro de Philippe Vandel sur Europe 1 lundi matin. « Nous pourrons avoir un prix littéraire qui sera choisi par les prisonniers. Et donc, on va faire de plus en plus de lectures en prison, des rencontres avec des auteurs« , a-t-elle précisé.

Quinze œuvres sélectionnées par l’Académie Goncourt seront ainsi proposées à la délibération des détenus. Le Centre national du livre, qui a déclaré la lecture « grande cause nationale », en 2022, financera « l’achat de livres » et assurera également leur livraison dans les centres de détention, peut-on lire dans un communiqué de l’institution. Les délibérations nationales concernent une trentaine de centres pénitentiaires et la première remise du prix Goncourt aux détenus se tiendra au CNL le 15 décembre.

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.