Skip to content
le projet de loi pour abolir la tauromachie retiré à la surprise générale par LFI


Dénonçant l’obstruction de leurs opposants, les Insoumis ont estimé que le texte sur la réinsertion des soignants non vaccinés avait plus de chance d’être adopté.

La rumeur circulait depuis hier soir… Elle est maintenant devenue réalité. Alors qu’Aymeric Caron avait réussi à installer le sujet dans le débat public depuis quelques semaines, La France insoumise a finalement décidé de retirer son projet de loi (PPL) visant à abolir la tauromachie dans toute la France. Le débat devait se tenir lors de la niche parlementaire de LFI jeudi.

Mais que la discussion générale vient à peine de commencer, l’antispéciste prend la parole et annonce, dans une ambiance électrique, qu’au vu des centaines d’amendements déposés, il est « forcé de se retirerson texte. « Ça me coûte, ça m’attriste de le reconnaître, on ne pourra pas abolir la tauromachie en France aujourd’hui», a rétorqué le député LFI, insurgé contre les parlementaires qui n’acceptaient pas de retirer leurs amendements. Avant de promettre qu’il déposera « un nouveau projet de loi multipartite» que tous les parlementaires pourront signer et qui pourrait être débattue début 2023 à l’Assemblée nationale.

VOIR ÉGALEMENT – Corrida : « Les gens ont du mal à l’entendre, mais j’aime le taureau », se défend le matador Tibo Garcia

La réinsertion des soignants non vaccinés en débat

Hier, les Insoumis avaient déjà décidé de retirer les deux premiers textes de leur niche, sur le «Fichiers Uberet le montant du salaire minimum. Après l’adoption de la PPL de Mathilde Panot sur la constitutionnalisation de l’IVG, ils ont donc décidé d’examiner directement le texte sur la réinsertion des soignants non vaccinés. Le nombre d’amendements déposés sur la PPL d’Aymeric Caron, qui avait fait l’objet de débats houleux ces derniers jours, a largement pesé dans la balance.

Par ailleurs, celle sur la réinsertion des soignants non vaccinés a plus de chances d’être adoptée, le Rassemblement national et une grande partie des députés LR étant favorables à cette mesure. Les Insoumis ont également en ligne de mire le 4e texte de leur créneau, visant à instaurer une allocation d’autonomie pour les jeunes en formation, défendu par le jeune député LFI Louis Boyard. Une facture « qui a de bonnes chances d’obtenir la majorité des voix des parlementaires », selon les stratèges rebelles. Et qui fera donc l’objet de vifs débats dans les prochaines heures au Palais Bourbon.

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.