Skip to content
Le prolongement du métro parisien rend hommage à des Françaises illustres
 | Nouvelles locales

Titres d’aujourd’hui Actualités Yahoo

Publié le:

Deux nouvelles stations du métro parisien ont été inaugurées cette semaine, et toutes deux portent le nom de femmes qui ont contribué à l’histoire de France. Ils appartiennent à la « ligne rose » n° 4 qui part de la Porte-de-Clignancourt au nord et se termine désormais à Bagneux-Lucie Aubrac au lieu de Mairie-de-Montrouge au sud de la capitale.

Une façon de voir à quelle vitesse l’urbanisme va à Paris, c’est de regarder l’extension du système ferroviaire souterrain affectueusement appelé « Le Métro », avec 14 lignes s’étendant sur plus de 200 kilomètres et plus sur le chemin.

Quelque 30 000 personnes ont participé à la consultation publique organisée par le réseau de transport France Mobilités (IDFM) tenue en ligne en 2018 pour trouver deux nouveaux noms pour le prolongement de 1,8 km de la ligne 4.

Barbara, du nom d’une chanteuse folk et pop bien-aimée décédée en 1997 et inhumée au cimetière de Bagneux, a été choisie pour la première station.

La performeuse française Barbara, lors d’une émission télévisée en 1964. Le public a voté pour donner son nom à une nouvelle station du métro parisien de la ligne 4, inaugurée le 13 janvier 2022. © AFP / ALBERT COURAND / INA

Le terminus s’appelle désormais Bagneux-Lucie-Aubrac, représentant le nom de la ville et de la résistante et membre du parti communiste Lucie Aubrac, décédée en 2007.

Le prolongement du métro parisien rend hommage à des Françaises illustres
 | Nouvelles locales
Lucie et Raymond Aubrac, résistants français. © Getty Images

La candidate conservatrice à la présidentielle Valérie Pécresse et directrice de l’agence publique, a déclaré que le public avait massivement voté en faveur de ces deux femmes originaires de la région Ile-de-France.

« Il est naturel que les stations de métro continuent à se féminiser en mémoire des femmes qui ont marqué les gens et l’histoire de la région », a-t-elle déclaré.

« Je suis ravie que ce soit un nom de femme qui ait été choisi », a déclaré Marie-Hélène Amiable, maire communiste de Bagneux (PCF). Le Parisien quotidiennement au moment du vote.

« Avec Lucie Aubrac, c’est un hommage clair aux femmes de la Résistance, pacifistes et combattantes de la liberté. »

L’ouverture de la gare le jeudi 13 janvier marque également la fin d’une longue attente. Déjà en 1977, le maire communiste de Bagneux Henri Ravera organisait des rassemblements pour obtenir des soutiens pour une extension du métro, un projet annoncé publiquement en 1994 pour une ouverture prévue en 2002 mais en raison de difficultés financières, la construction ne débuta qu’en 2015.

« C’est tout un quartier populaire qui a désormais accès à une station de métro, et c’est une très bonne chose pour notre ville, ça la rend attractive et bien structurée », a déclaré Amiable à la presse.

Qu’est-ce qu’il y a dans un nom?

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une règle stricte, l’agence IDFM affirme que les noms des stations de métro ont généralement un rapport avec un point de repère physique qui « aide simplement les voyageurs à se situer », comme les noms de rue (Raspail, Rennes) ou des structures comme une mairie (Mairie), ou un cimetière (Père-Lachaise).

Cela explique pourquoi de nombreuses stations ne portent pas uniquement le nom de personnes. Une autre règle non écrite est que les noms des terminus doivent toujours indiquer le nom de la ville qu’ils représentent et que le réseau ne doit pas doubler les noms.

Une cinquantaine de changements de nom ont eu lieu depuis le début du métro parisien en 1900, principalement en raison d’événements historiques.

À partir de 1914, pendant la Première Guerre mondiale, tout nom avec une référence allemande a été changé. La rue d’Allemagne disparaît et devient Jaurès, en hommage à l’homme politique de gauche assassiné Jean Jaurès (ligne 5).

Berlin devient Liège (ligne 13) et Wilhem devient Eglise d’Auteuil (ligne 10).

Après la Seconde Guerre mondiale, Marboeuf (ligne 1) et Rond-point-des-Champs-Elysées (ligne 9) fusionnent pour devenir Franklin-D-Roosevelt en 1946.

Au cours des dernières années, il y a eu une volonté délibérée d’ajouter des noms de femmes à l’espace public, où elles ont été invisibles pendant si longtemps, que ce soit les rues, les bâtiments, les places ou les gares.

Féminiser le métro

L’un des premiers exemples de métro est la station Vallier (ligne 3), rebaptisée en 1946 en l’honneur de Louise Michel, enseignante et écrivaine, figure clé de l’insurrection de la Commune de Paris en 1871.

En 2007, la station Pierre-Curie (ligne 7) devient Pierre-et-Marie-Curie rectifiant ainsi un oubli pour rendre hommage à son épouse. Les scientifiques ont partagé le prix Nobel de physique en chimie en 1903 et Marie a remporté un autre prix Nobel de chimie en 1911.

Parmi les autres exemples, citons Simone Veil, une députée qui s’est battue pour le droit à l’avortement, dont le nom a été ajouté à l’Europe (ligne 3) en 2018, et depuis 2015, la militante américaine des droits civiques Rosa Parks a prêté son nom à la gare de train et de tramway du 19e arrondissement.

Plus récemment, Gaîté (ligne 13) s’est vu adjoindre le nom de Joséphine Baker, peu après la cérémonie de novembre dernier (lien) au Panthéon. Il se trouve que la performeuse et résistante franco-américaine a aussi une place qui porte son nom dans le quartier.

Hommages à la poésie et à la chanson

Bien qu’ils soient encore minoritaires, les noms de femmes ne sont pas sur le point de dominer le processus à partir de maintenant.

En mai, la ligne 12 accueillera deux nouvelles stations – Aimé-Césaire du nom d’un poète martiniquais décédé en 2008 et le terminus Mairie-d’Aubervilliers.

Le chanteur et compositeur Serge Gainsbourg verra également son nom ajouté à la station Mairie-des-Lilas dans le cadre du futur prolongement de la ligne 11 prévu en 2023.

Dès cette année, le public aura également la possibilité de choisir les noms des stations du Grand Paris Express, prolongement du métro parisien avec 4 nouvelles lignes (15-18).


Titres d’aujourd’hui Google Actualités
rfi

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.