Skip to content
Le réalisateur de Get Out est de retour avec un subtil film d’OVNI


De gauche à droite : Daniel Kaluuya dans le rôle d’OJ, Keke Palmer dépeint sa sœur Emerald et Brandon Perea, le commis du magasin d’électronique. Universal Pictures France

AVIS – Jordan Peele s’aventure dans la science-fiction avec une touche western, mais toujours à travers un prisme afro-américain.

En 2017, le comédien afro-américain Jordan Peele a frappé un grand coup avec Sortez . Au final, l’Oscar du meilleur scénario original. Deux ans plus tard, Peele a doublé la mise avec Nousun film d’horreur sur le thème du double, métaphore d’une ségrégation plus sociale que raciale.

Alors que les réalisateurs de blaxploitation afro-américains dans les années 1970 tentaient de percer dans l’industrie du cinéma mais n’arrivaient pas à briser les chaînes du film B, il n’a fallu que deux longs mètres à Peele pour jouer dans la cour des grands. A tel point que les studios Universal Pictures n’ont pas attendu le résultat au box-office de Bouh pour ouvrir une attraction basée sur le film dans leur parc à thème à Hollywood.

Avec Bouh, Peele continue de revisiter le genre à travers une lentille afro-américaine. Plus subtil et moins militant qu’un Spike Lee. Cette fois, il s’aventure dans le domaine de la science-fiction. On pense à M. Night Shyamalan. On pense notamment à…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.