Skip to content
Le régulateur français approuve l’offre de l’État de renationaliser le géant de l’électricité


L’autorité française de régulation des marchés financiers a approuvé mardi le plan de l’État visant à contrôler totalement EDF, le service public d’électricité national lourdement endetté, qui doit être le fer de lance des efforts de relance de l’industrie nucléaire française.

L’État français, qui détient déjà 84 % d’EDF, a déposé une offre publique d’achat auprès du régulateur en octobre en vue d’acquérir le capital restant à 12 euros (12 $) par action.

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a déclaré mardi dans un communiqué que l’offre était conforme aux règles boursières.

L’acquisition des actions doit avoir lieu jusqu’au 8 décembre. Si l’Etat français porte sa participation à 90%, il peut contraindre les autres actionnaires à vendre.

L’ensemble de l’opération de rachat devrait coûter 9,7 milliards d’euros.

Le gouvernement français a annoncé en juillet son intention de résorber entièrement EDF, qui pourrait être aux prises avec une dette record de 60 milliards d’euros d’ici la fin de l’année.

Elle veut construire six réacteurs nucléaires de nouvelle génération avec une option pour en acquérir huit autres, l’acquisition stratégique à 100% d’EDF visant à envoyer un signal de confiance.

La France dépend fortement du nucléaire pour sa production d’électricité, mais ses réacteurs les plus anciens arrivent en fin de vie.

Les efforts d’EDF pour construire une nouvelle génération de centrales nucléaires se sont heurtés à des retards et des dépassements de coûts massifs, certaines de ses installations étant indisponibles en raison de problèmes de corrosion, de maintenance programmée et de grèves.

Un bouclier tarifaire qui protège les consommateurs français des hausses trop élevées des prix de l’énergie a également contribué à ses difficultés financières.

De petits actionnaires, pour la plupart des anciens et actuels salariés, ont contesté l’offre publique d’achat, réclamant au moins 15 euros par action, mais leur action en justice est pour l’instant restée sans succès.

jvi-ngu/jbo/er/imm/ach

expatica

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.