Skip to content
le spectre d’une motion de censure refait surface

[ad_1]

Une motion de censure ne peut être adoptée qu’en obtenant la majorité absolue des parlementaires, soit 289 voix. François BOUCHON/Le Figaro

ANALYSE – Si le 49-3 est utilisé pour voter le budget, plusieurs groupes pourraient décider de tenter de censurer le gouvernement.

La première motion de censure (spontanée) du quinquennat avait largement échoué. Déposée par Nupes en juillet dernier après qu’Elisabeth Borne ait refusé de voter pour la confiance en son gouvernement, elle n’avait recueilli que 146 votes favorables. Dans cette rentrée parlementaire, où l’exécutif semble déjà envisager le recours à l’article 49-3 de la Constitution pour le budget 2023, le spectre de cet outil institutionnel, qui peut permettre aux parlementaires de renverser le gouvernement, refait surface. Car plusieurs groupes d’opposition n’écartent pas la possibilité – voire menacent – de déposer une motion de censure (provoquée, cette fois) si le gouvernement venait à passer en force sur ce texte budgétaire.

« Cela nous paraît évident » on dit chez les Insoumis. « Ça ne peut pas être exclu »assure-t-on du côté du Rassemblement national. « Personne ne s’en rend encore compte, mais il y a vraiment un risque qu’une motion de censure déposée par LR fasse tomber le gouvernement »

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.