Skip to content
le traçage par intelligence artificielle a rapporté 10 millions d’euros et sera généralisé

[ad_1]

Le dispositif, testé depuis l’an dernier dans neuf départements, en a détecté plus de 20.000, selon un rapport des Finances publiques.

La Direction générale des finances publiques a annoncé lundi que son dispositif de détection des piscines non déclarées par intelligence artificielle avait permis de récolter environ 10 millions d’euros et qu’elle allait le généraliser à l’ensemble de la France.

« La généralisation se fera progressivement sur tous les départements de France à partir de septembre», a-t-elle déclaré, confirmant une information du Parisien. L’appareil, surnomméTerrain innovant», a été développé en partenariat avec le cabinet de conseil Capgemini et le géant américain du numérique Google : il permet de détecter des constructions ou installations sur des images aériennes et de vérifier si elles ont été déclarées et sont correctement imposées. Il a été testé depuis l’an dernier dans neuf départements (Alpes-Maritimes, Var, Bouches-du-Rhône, Ardèche, Rhône, Haute-Savoie, Morbihan, Maine-et-Loire et Vendée) pour détecter les piscines non déclarées et a trouvé plus de 20 000, selon un rapport des Finances publiques.

40 millions d’euros de gains d’impôts directs en 2023

« Cela représente près de 10 millions d’euros de recettes supplémentaires pour les communes concernées pour la seule année 2022.», indique la Direction générale des finances publiques (DGFiP). Sur ces 10 millions d’euros, 5,7 millions ont été collectés pour remédier au manque de taxation des années précédentes et 4,1 millions au titre de la taxe foncière 2022, qui constitue une ressource »persistant» pour les communes selon la DGFiP.

Elle croit que « les gains de taxes directes locales devraient atteindre près de 40 millions d’euros en 2023», une fois le dispositif généralisé. « Ces nouvelles ressources, qui seront en partie récurrentes pour les collectivités locales, assureront la rentabilité du projet dès sa deuxième année de déploiement.», précise-t-elle encore, alors que son coût est estimé à 24 millions d’euros sur 2021-2023.

En septembre dernier, le syndicat CGT Finances Publique des Bouches-du-Rhône exprimait son «inquiétude« vis-à-vis du projet, estimant qu’il permettait »économiser de l’argent» et d’éviter de recruter des agents dans un contexte de réduction continue des effectifs de la DGFiP depuis plusieurs années.

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.