L'Europe

Le tribunal spécial de l’UE est « important » pour montrer à l’Ukraine que la Russie sera tenue responsable de l’invasion

[ad_1]

Le tribunal spécial soutenu par l’ONU proposé par l’Union européenne mercredi montrera à l’Ukraine que la Russie est tenue responsable d’avoir violé sa souveraineté et d’avoir amené la guerre sur son territoire, a déclaré à Euronews l’analyste militaire et avocat Frank Ledwidge.

« C’est important, et je sais que les Ukrainiens pensent que c’est très important [to create such a tribunal]. Le problème central ici en ce moment est que les Ukrainiens ne voient aucune responsabilité dans l’invasion de leur pays par Poutine », a-t-il déclaré.

Alors que la Cour pénale internationale (CPI) ouvrait une enquête sur des allégations crimes de guerre et les violations des droits de l’homme en Ukraine depuis les premiers jours du conflit, le tribunal n’est pas en mesure de poursuivre les dirigeants russes pour l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, qui est considérée comme un crime d’agression en vertu du droit international.

Aux termes des statuts de l’ONU, l’agression est définie comme « la planification, la préparation, l’initiation ou l’exécution, par une personne en mesure d’exercer effectivement un contrôle sur ou de diriger l’action politique ou militaire d’un État, d’un acte d’agression qui, par son son caractère, sa gravité et son ampleur, constitue une violation manifeste de la Charte des Nations Unies. »

La CPI n’est pas en mesure de poursuivre ce crime car Moscou ne fait pas partie des signataires du traité de la cour. Une décision du Conseil de sécurité de l’ONU pourrait permettre à la CPI de poursuivre la Russie pour crime d’agression, mais Moscou est susceptible d’opposer son veto à une telle décision.

Que pourrait faire un tribunal spécial ?

La création d’un tribunal spécialisé comme celui suggéré mercredi par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, serait un moyen de contourner ces défis, permettant au tribunal de tenir le leadership russe – Vladimir Poutine, Sergueï Lavrov et les principaux généraux de l’armée – – responsable de l’invasion de l’Ukraine.

Mais cela ne signifie pas que la création d’un tel tribunal serait un processus facile.

« Le problème avec ces cours ou tribunaux internationaux de toutes sortes, qu’il s’agisse de la CPI ou de tribunaux ad hoc – ce que je soupçonne être celui de l’UE – est qu’ils mettent énormément de temps à produire des résultats », a déclaré Ledwidge. a déclaré à Euronews.

« Le plus rapide a vraiment été le procès contre Milošević, lorsqu’il a été inculpé par le tribunal yougoslave pour génocide très peu de temps après la guerre du Kosovo. Ils peuvent donc travailler rapidement s’ils peuvent obtenir les preuves. Et je ne vois aucune raison pour laquelle l’UE le tribunal, s’il parvient à être réellement opérationnel — ce qui pourrait prendre un certain temps –, ne devrait pas émettre d’acte d’accusation assez tôt, dans les prochains mois, tout comme nous l’avons fait pour le génocide en Yougoslavie après que ces crimes ont été commis . »

Le 24 mai 1999, alors que la guerre au Kosovo faisait toujours rage, Slobodan Miloševićà l’époque l’ancien président de la République fédérale de Yougoslavie, a été inculpé par le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) de crimes de guerre en relation avec la guerre de Bosnie, la guerre d’indépendance croate et la guerre du Kosovo.

Milošević a été le premier chef d’État en exercice à être accusé de crimes de guerre par un tribunal international, et le tribunal a été le premier à réagir en temps réel à des crimes de guerre massifs.

Les procès pour crimes de guerre ont duré quatre ans jusqu’à la mort de l’homme politique en 2006. Il faisait face à 66 chefs d’accusation de crimes contre l’humanité, de génocide et de crimes de guerre commis dans les années 1990 – et il avait plaidé non coupable de toutes les accusations.

Ledwidge est certain que « la preuve [of Russia’s crime of aggression] est là », mais il s’inquiète du fait que le tribunal ne pourra pas rassembler de preuves en Russie, mais seulement en Ukraine.

« La principale difficulté est qu’ils ne sont pas susceptibles d’inculper les auteurs. Ils seront jugés par contumace, cela va sans dire, même si un acte d’accusation est émis », a-t-il déclaré. « Mais je pense qu’il est important pour l’Ukraine qu’il y ait au moins une certaine forme de responsabilité pour le crime d’agression. Je pense que c’est une décision très importante. »

D’autre part, Ledwidge s’attend à ce que la Russie conteste la légitimité du tribunal et tente de limiter ses opérations.

Si l’initiative de l’UE reçoit le soutien nécessaire des Nations unies, ce serait la première fois depuis les procès de Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale qu’un tribunal spécial traiterait explicitement du crime d’agression.

[ad_2]

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page