Skip to content
Le Twitter d’Elon Musk inquiète le gouvernement français et les régulateurs en Europe


L’hémorragie des effectifs fait craindre que le réseau social ne puisse plus se conformer à ses obligations réglementaires françaises et européennes.

L’heure est à la vigilance, voire à l’inquiétude. Trois semaines après le rachat de Twitter par Elon Musk, la situation chaotique au sein du réseau social inquiète le gouvernement et les régulateurs de la plateforme, français et européens. La réduction drastique du nombre de salariés, licenciés ou ayant choisi de quitter l’entreprise, fait craindre que le réseau social ne soit plus en mesure de répondre correctement à ses obligations réglementaires. Seuls 2 500 salariés resteraient sur 7 500, tandis que 75 % des prestataires de services étaient licenciés sans préavis.

« Personnellement, j’ai été profondément choqué par la façon dont des milliers d’employés ont été licenciés ou ont dû faire face à un ultimatum», raconte le Figaro le ministre de la Transition numérique Jean-Noël Barrot. « En tant que ministre, je suis vigilant sur la capacité de Twitter à se conformer à la loi française sur la lutte contre les discours de haine et la manipulation de l’information.»

Vendredi, Arcom (ex-CSA) indiquait…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.