Skip to content
L’égalité femmes-hommes : un combat perpétuel


« La moitié de l’espèce humaine est hors de l’égalité, il faut la ramener dedans : donner comme contrepoids au droit de l’homme le droit de la femme. — Victor Hugo, Lettre du 8 juin 1872 à Léon Richer, rédacteur en chef de L’avenir des femmes. On en est encore loin en 2022…

Alors que des femmes et des hommes crient leur rage et leur révolte face à la mort tragique d’une Iranienne de 22 ans, précédemment arrêtée pour ne pas avoir porté son hijab selon les diktats de son pays, un rapport des Nations unies (ONU), au même moment temps, nous a appris qu’il faudra près de 300 ans pour parvenir à l’égalité entre les hommes et les femmes sur notre planète…

Près de 300 ans, autant dire dans une éternité.

Constatation inquiétante

Près de trois siècles pour combler les lacunes dans la suppression des lois discriminatoires, 140 ans pour que les femmes soient représentées de manière égale dans les postes de pouvoir et de leadership sur le lieu de travail, et au moins 40 ans pour que la représentation égale dans les parlements nationaux soit atteinte.

À la situation dont on parle beaucoup des femmes en Iran et en Afghanistan, des centaines de millions d’autres dans le monde sont appauvries et souffrent en silence ; ce sont des victimes collatérales des guerres, de l’inflation, du changement climatique, des épidémies et des pandémies.

« Les données montrent indéniablement des régressions dans leur vie, qui sont aggravées par la crise mondiale, que ce soit en termes de revenus, de sécurité, d’éducation ou de santé », résume Mme Sima Bahous, la directrice exécutive d’ONU Femmes. .

Avec nous

Malgré nos affirmations, derrière les pays scandinaves ou l’Allemagne et la Nouvelle-Zélande, mais devant les États-Unis, le Canada se classait en 2019 au 19e rang, sur 156, parmi ceux qui font le plus pour atteindre l’égalité, selon le Forum économique mondial.

Or, cet organisme nous apprend que trois ans plus tard, les écarts se sont creusés dans 55 pays, notamment en raison de la pandémie de COVID-19.

Toujours selon cette étude, le Québec se classe au 5e rang mondial, ce qui est certes encourageant, mais qui appelle néanmoins à la vigilance face à toutes les formes d’extrémisme, de pauvreté et de violence, dont, trop souvent, les femmes font les frais.

Rappelons-nous le sacrifice de tous les Mahsa Amini du monde pour repousser l’obscurantisme.

Rappelons-nous les revers nés d’une pandémie. Demain, qu’est-ce que ce sera ? Pensons, avec un exemple très proche de nous, aux dérives de la droite religieuse américaine qui vont sans doute, avec leur prise de position sur l’avortement, dégrader la situation des femmes américaines.

Rappelons-nous que l’égalité des sexes est le plus grand défi en matière de droits humains.

La clé de voûte : l’accès à l’éducation et à des soins de santé de qualité. La réduction de la pauvreté. La démocratie. La laïcité de l’État.

Et avec une solidarité humaine sincère, l’égalité des sexes sera une réalité d’ici 300 ans.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.