Skip to content
l’enseignement privé s’inquiète de la pression gouvernementale


Le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye (ici le 2 septembre, dans un collège toulousain), dévoilera en janvier une série de propositions pour favoriser la diversité. Adrien Nowak/Adrien Nowak/Hans Lucas via Re

DÉCRYPTAGE – Le ministre de l’Éducation estime qu’il doit « faire sa part » pour lutter contre la ségrégation scolaire.

L’enseignement catholique en ligne de mire ? Alors que le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, continue d’afficher la mixité sociale comme son « priorité », des statistiques récentes, issues de la publication des indices de positionnement social (IPS) de l’ensemble des collèges de France, pointent implicitement vers les établissements catholiques (1). A 39%, les collèges privés sous contrat sont fréquentés par des étudiants issus de catégories sociales « très apprécié ». Des étudiants issus de milieux « défavorisé », ils ne représentent que 13 % de leur effectif. C’est à la suite d’une décision du tribunal administratif de Paris, en juillet 2022, que le ministère a fait de la transparence sur ces fameux indices, publiés en « open data » en octobre. Pap Ndiaye, qui dévoilera en janvier une série de propositions pour favoriser la diversité, a estimé à cette occasion que l’enseignement privé doit « prendre sa partdans les initiatives futures.

Créé en 2016 par le Service statistique de l’éducation nationale (Depp) pour mieux comprendre…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.