Skip to content
Lentille victime d’un coup de tonnerre à Brest, Saint-Etienne vire au vert


Vainqueur de Nantes (3-1), le Paris-Saint-Germain a un nouveau poursuivant. Lens touché à Brest (4-0), Nice est le nouveau 2e du championnat après son succès arraché à Clermont (2-1). Mais les hommes de Christophe Galtier sont déjà à onze points des Parisiens après ce 14e jour.

Lire aussi Ligue 1 : le PSG bat Nantes avec le premier but de Messi en championnat, Rennes devient dauphin

Lens, dauphin tombé à Brest

Dauphins avant le départ de ce 14e journée, les lensois avaient glissé à la troisième place avant leur déplacement de dimanche à Brest, après le succès de Rennes contre Montpellier samedi (2-0). Les joueurs de Franck Haise devaient gagner pour regagner leur deuxième place. Mais face à une équipe brestoise qui a débloqué son compteur de victoires fin octobre et qui restait sur deux succès de suite, le bateau lensois a coulé près des rives du Finistère, sur la pelouse de Francis-Le-Blé.

Les Nordistes ont réalisé une entame catastrophique en concédant l’ouverture de l’entrée en marquant sur un but de Steve Mounié (3e), rapidement rejoint par son coéquipier et capitaine Brendan Chardonnet, qui a bien coupé le corner frappé par Faivre d’une bonne tête croisée. Ce même Faivre ramène l’écart à trois buts avant la pause. Le dernier but inscrit par Le Douaron d’une frappe furieuse reflète la différence d’intensité et d’engagement entre les deux équipes.

«  Il y a des jours où peu de choses fonctionnent. On prend le premier but trop facilement, (…) nous nous sommes également créés des opportunités, mais nous n’avons été efficaces ni dans un sens ni dans l’autre. Le score est sévère, mais la défaite prend tout son sens », a reconnu l’entraîneur lensois, Franck Haise, à l’issue du match, dont l’équipe a terminé la rencontre à dix avec l’expulsion de Kalimuendo, coupable d’un dangereux tacle par derrière sur Ronaël Pierre-Gabriel.

Un troisième revers en marche qui coûte cher aux Artésiens, voyant Nice, Rennes (et Marseille) les passer devant. L’objectif occupe le 4e (ou le 5e carré). Totalement à l’ouest cet après-midi, les Sang et Or accueilleront Angers le lendemain et auraient la bonne idée de gagner s’ils ne veulent pas perdre le nord du classement.

Saint-Etienne gagne avec un nouveau but venu d’ailleurs

Pour les nostalgiques des années 90, le but de Miguel Trauco aurait eu sa place dans la section « meilleurs buts » de Téléfoot Dimanche matin entre un vélo d’Amara Simba et une « papinade » de Jean-Pierre Papin. A l’heure de jeu, le Péruvien reçoit un ballon inoffensif à plus de 25 mètres des buts de Troyes. Contrôle moyen, un peu de rebond et léger ! Trauco prend le ballon en demi-volée pour mieux l’envoyer dans la lucarne de Gauthier Gallon.

Dévasté, le gardien troyen se demande encore ce qui vient de lui arriver. En marge, Claude Puel peut brandir ses poings. Grâce à cette inspiration de son arrière gauche, Saint-Etienne s’est imposé 1-0 et a ramené de l’Aube sa deuxième victoire cette saison après cette victoire arrachée dans les dernières secondes contre Clermont début novembre (3-2).

Lentille victime d’un coup de tonnerre à Brest, Saint-Etienne vire au vert

Et dire que le sélectionneur des Verts a failli se passer des services de son buteur du jour, tout juste revenu de sélection. « Miguel a failli ne pas jouer, Puel a avoué lors d’une conférence de presse. Il était en délicatesse avec sa cheville. Il s’en est occupé et ne s’est pratiquement pas entraîné. « 

Toujours 19e du championnat, Saint-Etienne gagne peu mais s’est spécialisé dans les buts venus d’ailleurs cette saison. Avant l’éclair de Trauco, il y a eu ce lob de plus de 68 mètres réalisé par Wahbi Khazri contre Metz, le 30 octobre. Mais quant à la merveille de l’attaquant tunisien, il faudra attendre lundi à la première heure pour voir – en toute légalité au moins – le but du Péruvien.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés En interdisant la diffusion d’un objectif d’anthologie, la LFP prive la Ligue 1 d’un puissant outil de promotion

Frédéric Antonetti et le « Football de rue »

La « Ligue 1 des talents » n’est donc pas qu’un slogan marketing pour vendre son produit. Prenez ce Metz-Bordeaux, le « choc » des profondeurs du classement entre le dernier et le 18ee. Rien de très séduisant sur le papier, pourtant les téléspectateurs ont obtenu leur abonnement avec ce 3-3. Des buts, des rebondissements aussi. Comme cette action du 66e minute. Les Girondins reviennent devant (3-2) après le deuxième but de l’après-midi de Rémi Oudin, quand Farid Boulaya envoie un pinceau sur Yacine Adli.

Du rouge pour Messin et une célébration digne d’un but en finale de Coupe du monde pour sa victime. Bordeaux pense avoir fait le plus dur, mais Metz bouge encore même réduit à dix et Opa Nguette égalise d’une tête lobée (70e). Malgré ce tirage presque inattendu, Frédéric Antonietti s’est fâché devant les journalistes.

L’entraîneur Metz était après l’expulsion de son joueur. « Nous devons respecter le jeu. Il faut finir les matchs à onze, il ne faut pas faire des gestes de foot de rue, comme Boulaya aujourd’hui.  » Le technicien corse a sans doute prévu de l’expliquer à l’intéressé avec la passion (et parfois la véhémence) qu’on lui connaît.

Et en outre

  • Nice est le nouveau dauphin du PSG et peut remercier son jeune attaquant, Amine Gouiri. Exilé sur le côté gauche pour ce déplacement à Clermont, le joueur formé à Lyon s’est montré très discret avant ce 77e minute. D’une reprise du pied droit, Gouari répond à l’ouverture du score de Florent Ogier (17e), avant de donner la victoire à son équipe cinq minutes plus tard avec une merveille de demi-volée. Déjà auteur de six buts, l’international des moins de 21 ans s’affirme comme l’une des révélations de la saison.
  • Strasbourg a arraché le nul à domicile face à Reims (1-1) grâce à un superbe coup franc inscrit par Jean-Ricner Bellegarde dans les toutes dernières secondes. Réalisé à partir du 22e minute, les Alsaciens auraient pu égaliser si Gameiro avait converti son penalty juste avant la pause (43e). Un bon point d’un côté, un mauvais pour les Rémois qui avaient déjà renoncé à une victoire qui leur a tendu les bras lors de leur dernier déplacement à Bordeaux (défaite 3-2).

  • Angers retrouve le goût du succès par la plus petite des marges à domicile contre Lorient (1-0). Le penalty de Thomas Mangani, son troisième de la saison, a suffi au bonheur des troupes de Gerald Baticle, restées sur quatre matchs sans victoire. Les Angevins prennent le 6e carré. Bien implantés dans la première partie du classement début octobre, les Lorientais continuent de glisser avec un troisième revers, synonyme de 14e lieu de championnat.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.