Skip to content
Les bras des élèves mesurés pour jouer au volleyball : une pratique inacceptable, selon le ministre Drainville


L’école secondaire Jean-de-Brébeuf ne mesurera plus la taille et les bras des jeunes filles de sixième année qui veulent être admises au programme de volley-ballune pratique jugée inacceptable par le ministre de l’Éducation, Bernard Drainville.

« Je vais faire en sorte que le message soit transmis au réseau à l’effet que cette façon de faire n’est pas acceptable, qu’elle manque de respect et de sensibilité. On m’informe également que l’école concernée mettra fin à cette pratique », a déclaré le ministre hier soir, dans une publication sur Twitter.

Le Centre de services scolaire de la Capitale a confirmé que la direction de l’école rencontrera les responsables de cette concentration sportive pour mettre fin à cette pratique.

L’école secondaire Jean-de-Brébeuf est une école publique située dans le district de Limoilou au Québec. Lors d’une activité de sélection pour l’admission à la concentration féminine de volley-ball qui a eu lieu récemment, la taille et la longueur des bras des filles de sixième année ont été mesurées, une pratique dénoncée par les parents.

Le centre de services scolaire a répondu que les mesures n’étaient pas prises en compte dans le processus de sélection et qu’elles n’étaient utilisées qu’« à des fins statistiques ».

Sa porte-parole, Marie-Claude Lavoie, précise toutefois que cette concentration demeurera un programme de niveau compétitif.

Cette façon de faire a d’ailleurs été dénoncée par la Fédération québécoise des directeurs d’établissements d’enseignement, qui s’oppose à toute forme de sélection des étudiants pour l’admission aux programmes spécifiques au public.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-local

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.