Skip to content
Les campagnes électorales de Macron sous enquête – médias — RT World News


Les procureurs français ont ouvert une enquête sur des soupçons de financement illégal d’élections

Les campagnes électorales du président français Emmanuel Macron en 2017 et 2022 feraient l’objet d’une enquête par le parquet national financier. L’enquête porte sur le financement illégal des campagnes présidentielles et les soupçons d’actes répréhensibles entourant des contrats avec une société de conseil basée aux États-Unis.

L’enquête a été annoncée par le bureau du procureur dans un message Twitter jeudi. Les procureurs n’ont pas confirmé que l’enquête ciblait les campagnes de Macron, mais ont déclaré qu’ils tentaient d’apporter des éclaircissements sur la question à la suite de reportages dans les médias. Le journal français Le Parisien a suggéré que la campagne de Macron en 2017 était liée au géant américain du conseil McKinsey & Company.

Le financement des campagnes en France est strictement contrôlé et le financement des candidatures présidentielles par des entreprises privées est illégal. Les contributions individuelles sont également fortement réglementées.

Bien que la déclaration du procureur ne mentionne pas le nom de Macron ou de son parti, elle indique qu’une enquête judiciaire a été ouverte à la fin du mois dernier sur des allégations « comptes de campagne incohérents » et la sous-facturation des travaux effectués par les cabinets de conseil lors des récentes campagnes électorales. Macron a longtemps fait l’objet d’un examen minutieux de ses liens présumés avec McKinsey, remontant à sa première candidature aux élections en 2017.


Les procureurs disent également avoir ouvert une enquête sur des soupçons de favoritisme en relation avec ces campagnes après que Le Parisien a pointé des soupçons « les conditions » en vertu de laquelle des marchés publics ont été accordés à McKinsey par le gouvernement français élu.

Selon une enquête de quatre mois menée par des sénateurs français et publiée en mars, le gouvernement avait signé des contrats d’une valeur d’au moins 2,4 milliards de dollars avec des cabinets de conseil depuis 2018. Le rapport suggère que depuis l’arrivée au pouvoir de Macron en 2017, les ministères ont plus que doublé. leurs dépenses en services de consultation.

Le ministère de la Justice a une autre enquête en cours sur les soupçons de fraude fiscale commise par le groupe McKinsey, qui a été ouverte en mars. L’agence de conseil a nié l’allégation et a insisté pour qu’elle « respecte les règles fiscales françaises qui lui sont applicables ».

Répondant au lancement des enquêtes criminelles, Macron a également nié tout acte répréhensible et a déclaré qu’il avait « rien à craindre » et a affirmé que le « le cœur de l’enquête » n’était pas à propos de lui. Auparavant, le président avait déclaré qu’il était « sous le choc » par les soupçons d’évasion fiscale des sociétés de conseil que son gouvernement avait engagées.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RT All Fr2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.