Skip to content
Les céréaliers veulent des réservoirs d’eau

[ad_1]

Si toutes les terres agricoles de France n’ont pas besoin d’être irriguées, seules 7% le sont actuellement. PASCAL ROSSIGNOL/REUTERS

Dans plusieurs régions, de nombreuses cultures de maïs et de tournesol ont brûlé cet été, faute d’eau.

« Nous devons construire des réservoirs d’eau pour limiter les effets de la sécheresse. » Voilà le fond de l’appel lancé par l’interprofession céréalière Intercéréales et le groupement d’agriculteurs Irrigants de France, dont les adhérents souffrent, un peu partout en France, du manque de précipitations. Dans plusieurs régions, de nombreuses cultures de maïs et de tournesol ont brûlé cet été, faute d’eau. Si toutes les terres agricoles de France n’ont pas besoin d’être irriguées, seules 7% le sont actuellement. « Dans notre région, personne n’arrose parce que nous n’avons pas de puits. Habituellement, les pluies suffisent… mais pas cette année »explique Yannick Ripet, cultivateur de 12 hectares de tournesols sur le secteur de Bourgoin-Jallieu (Isère).

Pourtant, les barrages et autres bassins de rétention sont controversés. Ce mois-ci, en Vendée, des militants écologistes ont saccagé des bassins de rétention d’eau en dénonçant une « politique d’accaparement de l’eau (par) l’agro-industrie » (lire notre…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro -Économie et commerce

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.