actualité économique

Les dépenses en capital des États n’ont augmenté que de 2,2 % au premier semestre malgré une augmentation massive des revenus

[ad_1]

Ces États n’ont dépensé collectivement que Rs 1,59 lakh crore jusqu’à présent pour cet exercice, ce qui représente une croissance d’environ 2,2 % en rythme annualisé.

Les dépenses en capital (capex) de 18 États n’ont augmenté que de 2,2 % au cours de la première moitié de l’exercice en cours, alors même que leur déficit de recettes combiné s’est réduit à plus d’un quart par rapport à la période de l’année précédente, selon un rapport.

Cela signifie qu’il doit y avoir une augmentation massive de 57% de leurs dépenses en capital pour atteindre leur objectif budgété pour l’exercice 23, a déclaré Icra Ratings dans une analyse des chiffres disponibles de 18 des plus grands États, qui ont budgétisé une dépense en capital combinée de Rs. 6,2 milliards de dollars.

Mais ces États n’ont dépensé collectivement que Rs 1,59 lakh crore jusqu’à présent pour cet exercice, ce qui représente une croissance d’environ 2,2% en rythme annualisé.

Les déficits de revenus de ces 18 États se sont réduits à un faible crore de Rs 30 000 au cours de la première moitié de l’exercice en cours, contre 1,3 crore de Rs lakh au cours de la période correspondante de l’exercice 22.

Ce vent arrière de revenus survient malgré le fait que ces États budgétisent un déficit de revenus combiné de Rs 1,4 lakh crore au cours de l’exercice 23 contre Rs 1,1 lakh crore au cours de l’exercice 22.

Malgré cela, leurs dépenses en capital combinées ont augmenté de 2,2% au premier semestre, nettement inférieures à la croissance élevée de 37,8% indiquée dans leurs budgets, nécessitant une forte augmentation de 57% au deuxième semestre pour atteindre l’objectif, a déclaré l’agence dans une note du week-end.

Les 18 États couverts dans cette note sont l’Andhra Pradesh, le Chhattisgarh, le Gujarat, l’Haryana, l’Himachal, le Jharkhand, le Karnataka, le Kerala, le Madhya Pradesh, le Maharashtra, l’Odisha, le Pendjab, le Rajasthan, le Tamil Nadu, le Telangana, l’Uttar Pradesh, l’Uttarakhand et le Bengale.

Ces États ont budgétisé une mise de fonds combinée de Rs 6,2 lakh crore pour cet exercice. Cela signifie que pour utiliser les dépenses budgétées, leurs dépenses devront bondir de 57% (ou de 4,6 lakh crore) au cours de la seconde moitié de l’exercice pour répondre à l’augmentation de 37,8% des dépenses d’investissement, ce qui semble ambitieux et donc les États vont manquer l’objectif de dépenses en capital dans une large mesure, a-t-il déclaré.

Ces États ont vu leurs revenus combinés augmenter de 27% pour atteindre Rs 13,9 lakh crore au premier semestre de l’exercice 23, contre Rs 10,9 lakh crore au H1FY22, grâce à une meilleure perception des impôts.

Les propres recettes fiscales des États ont augmenté de 28,6 % au premier semestre en glissement annuel. Les recettes combinées de ces États étaient équivalentes à 43 % de l’estimation budgétaire et supérieures à la période de l’année précédente, mais inférieures au premier semestre de l’exercice 2020.

Parmi ces États, le Chhattisgarh, le Gujarat, le Karnataka, le Maharashtra, le Tamil Nadu et le Bengale ont déjà reçu 50 à 53 % de leurs propres recettes fiscales budgétisées. De plus, la déconcentration fiscale du Centre a augmenté de 44,6 % au premier semestre en glissement annuel.

Cela a conduit le déficit des recettes à tomber à Rs 30 000 crore de Rs 1,3 lakh crore pour 14 de ces 18 États de l’échantillon et, malgré cela, les dépenses de recettes combinées de ces 18 États ont augmenté de 15,3 % au premier semestre, soit 42 %. du budget prévisionnel.

Malgré cela, leurs dépenses en capital combinées au premier semestre étaient de Rs 1,59 lakh crore, soit 2,2% de plus qu’il y a un an. Les dépenses en capital au premier semestre représentaient un modeste 26% de l’estimation budgétaire combinée, celles de l’Haryana, du Jharkhand, du Maharashtra, de l’Odisha, du Pendjab, de l’Uttarakhand et de l’UP étant inférieures / égales à 20% de leurs objectifs budgétaires respectifs.

Parmi ces États, l’Andhra, le Bengale, l’Haryana et l’UP ont prévu une croissance élevée de 77 à 127 % de leurs dépenses en capital pour l’exercice. Pour que les dépenses en capital combinées de ces 18 États soient conformes à l’estimation budgétaire de Rs 6,2 lakh crore, cela impliquerait de dépenser Rs 4,6 lakh crore ou une forte augmentation de 57% des dépenses au cours de la seconde moitié de cet exercice par rapport aux dépenses en capital réelles. de Rs 3 lakh crore en H2FY22.

Cependant, en examinant la tendance des dépenses en capital inférieures au budget ainsi que des dépenses en aval au cours des dernières années, l’agence indique que les dépenses d’investissement de ces États seront inférieures d’au moins 23% à l’objectif budgétisé.

Cependant, le Karnataka (52,8 %) et l’Himachal (50,4 %) ont enregistré des recettes supérieures à 50 % de leur objectif budgétisé, tandis que pour l’Andhra Pradesh, l’Haryana, le Telangana et l’UP, elles étaient inférieures à 40 % et pour les 12 États restants, elles variaient en les 40-49 pour cent.

Les propres recettes fiscales des États, qui représentaient près de la moitié des recettes totales, ont augmenté de 28,6% pour atteindre Rs 7,6 lakh crore au premier semestre, contre Rs 5,9 lakh crore il y a un an, soit 47% de l’estimation budgétaire. Les recettes fiscales propres de 12 des 18 États étaient de l’ordre de 40 à 49 % des objectifs, et celles du Bengale, du Chhattisgarh, du Gujarat, du Karnataka, du Maharashtra et du Tamil Nadu étaient modérément plus élevées, de l’ordre de 50 à 53 % des objectifs. l’objectif budgétisé.

La décentralisation fiscale de ces États constituait 24% de leurs recettes combinées au cours de l’exercice 22 et l’agence estime la part de ces États dans la décentralisation fiscale globale de Rs 3 lakh crore, soit 45% de plus que l’année précédente, principalement stimulée par la libération de paiement de Rs 1,2 lakh crore en août. Notamment, la décentralisation fiscale au cours de l’exercice 22 a été très tardive, avec près de 70 % au second semestre.

Reflétant la croissance saine des recettes fiscales brutes du Centre, l’agence s’attend à ce que la décentralisation fiscale touche Rs 9,3 lakh crore au cours de l’exercice 23, supérieur au Rs 8,2 lakh crore prévu au budget. Parmi ceux-ci, le Centre a déjà publié Rs 5,6 lakh crore.

D’autre part, les subventions centrales ont augmenté d’un léger 3,5% à Rs 2,2 lakh crore au premier semestre, contre Rs 2,1 lakh crore, ce qui est nettement inférieur à la forte croissance budgétisée de 49,2% des subventions globales de ces 18 États au cours de l’exercice 23 sur FY22.

Première publication: IST

[ad_2]

cnbctv18-forexlive-benzinga

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page