Skip to content
Les députés espagnols approuvent la loi sur le consentement sexuel « seulement oui signifie oui »


Les députés espagnols ont approuvé une nouvelle loi « seulement oui signifie oui » qui met l’accent sur l’obtention d’un consentement explicite pour les relations sexuelles.

Les victimes n’auront plus besoin de prouver qu’elles ont été intimidées ou ont subi des violences dans les affaires de viol et le projet de loi supprime la distinction entre les délits d' »agression sexuelle » (viol) et les moindres « abus sexuels ».

Il a été proposé par le gouvernement socialiste du pays après le très médiatisé Incident de viol collectif « La Manada » (« Wolfpack ») à Pampelune en 2016 suscité de vastes protestations.

Cinq hommes ont été reconnus coupables d’avoir abusé sexuellement, mais pas de viol, d’une jeune femme inconsciente de 18 ans parce qu’elle n’a pas pu prouver qu’elle n’avait pas donné son consentement.

La Cour suprême espagnole a par la suite annulé deux tribunaux inférieurs et a condamné les cinq accusés à 15 ans de prison pour viol.

Au total, 205 députés ont voté en faveur du projet de loi, tandis que 141 législateurs s’y sont opposés et trois se sont abstenus de voter.

Les législateurs du Parti populaire conservateur d’opposition et du parti d’extrême droite VOX ont fait valoir que le projet de loi manquait de sécurité juridique ou visait « non pas à protéger les femmes mais à attaquer les hommes ».

La loi « seulement oui signifie oui » a été approuvée pour la première fois par le parlement espagnol en mai avant la le Sénat du pays a amendé le projet de loi.

Aux termes de la nouvelle loi, « le consentement ne sera réputé exister que lorsqu’il aura été librement manifesté, par des actes qui, compte tenu des circonstances de l’espèce, expriment clairement la volonté de la personne ».

Le projet de loi prévoit également davantage de soutien aux victimes d’infractions sexuelles et des mesures pour améliorer la prévention et la détection de tels cas.

Quiconque harcèle quelqu’un dans la rue ou transmet des images privées d’une autre personne sans son consentement sera également puni.

« Notre pays inscrit enfin dans la loi que le consentement doit être l’élément central de nos relations sexuelles », a déclaré la ministre de l’Égalité, Irene Montero.

« Les femmes n’auront plus à démontrer qu’il y a eu violence ou intimidation pour que cela soit reconnu comme une agression sexuelle. »

euronews en2fr eurb

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.