Skip to content
Les entorses de Lidl au droit du travail épinglées par la justice n…

[ad_1]



La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Chez Lidl, l’ambiance n’est pas meilleure en Normandie que dans le reste de la France. Fin 2021, Mediapart avait raconté, à la suite de l’émission « Cash Investigation » sur France 2, les situations de management toxique et de souffrance au travail régnant dans différents magasins du géant du hard discount. En septembre 2021, une responsable du magasin de Lamballe (Côtes-d’Armor) s’était suicidée.

En Normandie, deux condamnations judiciaires ont visé l’enseigne ces derniers mois. C’est d’abord la cour d’appel de Rouen (Seine-Maritime) qui a récemment confirmé une décision du conseil de prud’hommes de Bernay (Eure), donnant raison à l’ancienne responsable réseau du groupe dans l’Eure . L’ex-salariée a obtenu plus de 50 000 euros d’indemnités, notamment, « pour harcèlement moral, manquement à l’obligation de prévention du harcèlement moral, licencié nul ou encore une mise à pied vexatoire ».

© Photo illustration Sébastien Calvet / Mediapart

Le 23 février 2022, le conseil de prud’hommes de Dieppe avait déjà donné droit aux arguments de l’ancien chef du magasin de Bosc-le-Hard (en Seine-Maritime). Il s’est vu allouer la somme globale de 50 000 euros pour licencier sans cause réelle et sérieuse. Contacté, Guy-Alexandre Thomas, directeur régional du groupe alimentaire, n’a pas souhaité s’exprimer dans le cadre de cet article.

[ad_2]

mediapart

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.