Nouvelles sportives

les États-Unis favorables au retour des athlètes russes et biélorusses sous une bannière neutre

[ad_1]

Le Comité olympique et paralympique américain (USOPC) s’est dit lundi favorable à la réintégration sous une bannière neutre des athlètes russes et biélorusses, exclus des compétitions internationales suite à l’invasion russe de l’Ukraine fin février, pour les JO. -2024 à Paris. Il y avait un « intérêt unanimeparmi les délégués lors d’un récent sommet du Comité international olympique (CIO) pour trouver une voie à suivre pour que ces athlètes reprennent la compétition, ont déclaré des responsables américains.

« Il y a une réelle volonté que cela se produise car notre mission est de rassembler pacifiquement le monde autour du sport.», a expliqué la présidente de l’USOPC, Susanne Lyons, aux journalistes. « Le mouvement olympique peut difficilement tolérer que ces athlètes soient interdits de compétition« , a-t-elle dit.

La réintégration des athlètes russes et biélorusses dans les compétitions en Asie, première étape avant la réintégration internationale, a été évoquée lors de la «Sommet olympiqueà Lausanne le 9 décembre, qui réunissait notamment des délégations américaine, chinoise et russe, mais aucun représentant ukrainien. Là « neutralitédes athlètes russes et biélorusses éviteraient les risques de boycott comme dans les années 1970 et 1980.

« L’essence du mouvement olympique et paralympique va rapidement disparaître »

« Il y a des conflits dans le monde tous les jours, des pays en guerre tous les jours, et si les gens décident de boycotter les choses dans les deux sens – « Vous n’êtes pas venu à nos JO, nous n’irons pas aux vôtres » – l’essence du mouvement olympique et paralympique va rapidement disparaîtredit Mme Lyons. Mais cette neutralité doit êtrestricte » et « il ne peut y avoir ni couleurs ni nom de pays« , a-t-elle précisé.

Aux Jeux d’hiver de Pékin en février, les athlètes russes n’ont pu concourir sous les couleurs de leur comité olympique qu’en raison de sanctions après des scandales de dopage, mais beaucoup portaient encore des combinaisons aux couleurs russes.

Les responsables olympiques veulent également se pencher sur l’idée de conditionner le retour des athlètes à leurs assurances qu’ils n’ont jamais soutenu la Russie dans le différend ukrainien, bien que Mme Lyons ait reconnu que cela pourrait être « impossible » faire. « Mais il y a un accord sur (un retour) les athlètes qui n’ont pas soutenu activementMoscou, a-t-elle souligné.

[ad_2]

lefigaro -sports

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page