Actualités françaises

Les Français favorables au retour du masque obligatoire dans l’espace public

[ad_1]

Le 9
e La vague de Covid-19 vient s’ajouter aux épidémies actuelles de grippe et de bronchiolite. JEFF PACHOUD/AFP

ENQUÊTE – Les Français se disent inquiets de la situation sanitaire globale du pays, selon une enquête Odoxa / Backbone Consulting pour Le Figaro.

2022 touche à sa fin, et la crise du Covid-19 n’est toujours pas derrière nous. Et face à un 9e vague qui vient s’ajouter aux épidémies actuelles de grippe et de bronchiolite, 61% des Français se disent inquiets de la situation sanitaire globale du pays, selon une enquête Odoxa/Backbone Consulting pour Le Figaro. 66% des répondants sont particulièrement inquiets « pour leurs proches » et la moitié d’entre eux prévoient d’être prudents lors des fêtes de fin d’année, en respectant les gestes barrières et en évitant au maximum les contacts et les attroupements.

Si certains gestes barrières constamment répétés au plus fort de la crise font désormais partie du quotidien des Français, comme se laver les mains très régulièrement ou utiliser du gel hydroalcoolique, les personnes interrogées le concèdent : elles délaissent peu à peu les mesures les plus contraignantes. . Par exemple, moins de la moitié (46%) des personnes interrogées portent encore systématiquement un masque dans les transports en commun. Et pourtant, 76% souhaitent qu’elle redevienne obligatoire. 58% des personnes interrogées réclament même le rétablissement du port du masque obligatoire dans tous les lieux publics. De plus, 77% d’entre eux pensent que le télétravail devrait être prolongé afin de limiter les déplacements et ainsi diminuer le risque de propagation du virus.

La coercition n’est pas à l’ordre du jour et le gouvernement préfère jouer la carte de l’éducation et de la responsabilisation ; or le ministre de la Santé, François Braun, a récemment assuré sur le plateau de BFMTV que si tous les indicateurs (croissance de l’épidémie, saturation des hôpitaux, etc.) passent au rouge et qu’il faut aller jusqu’à l’obligation, son « le bras ne tremblera pas ».

Plus de soucis pour l’hôpital

« Je lance un appel solennel : respectons les gestes barrières, portons le masque dès que nous sommes avec des personnes fragiles ou dans des lieux très fréquentés comme les transports en commun. Ce sont les petites choses qui sauvent des vies. »a déclaré la Première ministre Élisabeth Borne fin novembre, rappelant que « le virus n’a pas disparu, l’épidémie frappe toujours, tue encore ».

Point positif – quoique peu surprenant – de l’enquête Odoxa, les Français estiment que le pays est mieux armé qu’il y a deux ans pour faire face au Covid, concernant par exemple le nombre de masques ou de tests disponibles, ou encore la capacité du gouvernement à agir et à communiquer rapidement. sur le sujet. « En revanche, si les Français avaient noté un « mieux » à l’hôpital quelques mois après le début de l’épidémie, les jugements se sont depuis effondrés !, note Céline Bracq, PDG d’Odoxa. Ainsi, 50% des Français estiment que les établissements de santé sont mieux préparés pour gérer l’arrivée des patients covid », soit 10 points de moins que dans une enquête réalisée en septembre 2020. Et seuls 36% d’entre eux pensent que le pays est prêt en termes de nombre de lits de réanimation disponibles pour les patients.s.

[ad_2]

lefigaro -fp

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page