Divertissement

Les Iconophages, histoire de l’art à dévorer, reçoit le prix Pierre-Daix 2022

[ad_1]

Cette distinction, qui consacre un travail sur l’histoire de l’art moderne et contemporain, couronne l’étude savante de Jérémie Koering sur l’ingestion des images depuis l’Antiquité.

Qui a pensé que le cinéma et l’histoire de l’art étaient des cousins ​​trop éloignés ? Dans Dragon Rouge (2002), réalisé par Brett Ratner d’après le roman de Thomas Harris, Ralph Fiennes alias Francis Dolarhyde visite le salon du Brooklyn Museum de New York et est frappé par une aquarelle au romantisme hallucinatoire de William Blake (1757 -1827), Le grand dragon rouge et la femme vêtue de soleil. Sa fascination est féroce. Il assomme le conservateur et dévore le chef-d’œuvre. L’art serait-il comestible ? Peut-on se régaler d’art ?

Les Iconophages, une histoire de l’ingestion d’images, est la réponse savante à ce scénario diabolique, l’étude tout à fait sérieuse de Jérémie Koering, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Fribourg sur une pratique millénaire que la raison a fait disparaître, au point de rendre ces pratiques incompréhensibles aujourd’hui. Cet étrange petit livre, bourré de notes comme une thèse, publié par Actes sud en…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

[ad_2]

lefigaro – divertissement

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page