Skip to content
Les infirmières vont faire grève au Royaume-Uni, un mouvement social sans précédent

Réclamant une augmentation de leur rémunération, les infirmières britanniques se mobilisent les 15 et 20 décembre, une première en 106 ans. Au Royaume-Uni, les débrayages se multiplient dans de nombreux secteurs.

Allongement des délais d’attente pour les soins, pénurie de personnel, sous-financement chronique… Au Royaume-Uni, le système de santé publique est à bout de souffle. Résultat, les infirmières britanniques vont se mettre en grève les 15 et 20 décembre après « le rejet des négociations par le gouvernement », un mouvement sans précédent en 106 ans.

« Les infirmières en ont assez », a déclaré Pat Cullen, secrétaire général du syndicat Royal College of Nurses (RCN). « Assez des bas salaires, (…) assez de ne pas pouvoir prodiguer aux patients les soins qu’ils méritent. »

Selon les estimations, le salaire réel des infirmières a baissé de 20 % depuis 2010, notamment en raison de la crise actuelle du coût de la vie, avec une inflation dépassant les 11 %. Le salaire annuel d’une infirmière junior est de 27 000 livres brutes (31 400 euros).

Mais pour le ministre de la Santé Steve Barclay, « c’est une période difficile pour tout le monde » et le gouvernement ne peut répondre aux demandes « inabordables » de la MRC, qui « représentent une augmentation de salaire de 19,2% ».

Les nombreux problèmes du NHS

Quelque 7,1 millions de personnes sont en attente de traitement dans le pays, un record.

La crise économique s’ajoute déjà à une série de problèmes auxquels le NHS, institution créée en 1948 et financée par les impôts, est confronté depuis des années. Car le système, qui coûte 190 milliards de livres par an (221 milliards d’euros) et emploie 1,2 million de personnes rien qu’en Angleterre, a longtemps été sous-financé.

Le NHS England doit pourvoir 130 000 postes, dont 12 000 médecins dans les hôpitaux et 47 000 infirmiers. Les infirmières sont censées prendre en charge quatre patients par appel, mais on leur en demande parfois deux fois plus en alternant les quarts de jour et de nuit.

Les experts de la santé affirment que la crise est exacerbée par 12 années de coupes budgétaires sous les gouvernements conservateurs successifs, ainsi que par le Brexit (de nombreux soignants venant de l’UE) et la pandémie, qui a retardé les soins non urgents.

Débrayages dans plusieurs secteurs

La crise du coût de la vie liée à une inflation record au Royaume-Uni a suscité de nombreux mouvements sociaux dans tous les secteurs, des transports à la justice en passant désormais par la santé.

En Ecosse, les enseignants se sont mis en grève jeudi pour réclamer des augmentations de salaire. Les employés de l’université ont également cessé de travailler jeudi et vendredi, un mouvement qui a touché environ 2,5 millions d’étudiants.

Les postiers ont prolongé leur grève jusqu’en 2023, ce qui pourrait affecter la livraison du courrier et des colis pendant la période des fêtes.

Les transports sont également touchés. Le métro de Londres a été paralysé par un mouvement très populaire le 10 novembre. Les cheminots ont annoncé plusieurs journées d’action d’ici la fin de l’année et la première semaine de janvier. Les responsables ont également annoncé un mouvement social.

« Les dernières grandes grèves remontent aux années 1970 et 1980, mais elles ont surtout touché le secteur privé et l’industrie. Là, c’est surtout le secteur public », a expliqué à l’AFP Pippa Catterall, professeur d’histoire à l’université de Westminster, elle-même une le buteur.

Avec l’AFP

France 24 Europe

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.