Skip to content
Les interdictions de voyager n’empêcheront pas les cas d’entrer dans les pays, selon un porte-parole de l’OMS

L’Afrique du Sud constate une augmentation des réinfections de coronavirus chez les patients qui contractent la variante Omicron, a déclaré Anne von Gottberg, microbiologiste de l’Institut national des maladies transmissibles du pays, lors d’un point de presse jeudi.

« Infection antérieure utilisée pour protéger contre [the] Delta [coronavirus variant] mais maintenant avec Omicron, cela ne semble pas être le cas », a déclaré Gottberg lors d’un briefing de l’OMS Afrique.
« Nous avons surveillé ces réinfections pour la bêta [variant] et le pour la vague Delta, et nous n’avons pas vu d’augmentation des réinfections au-delà de ce à quoi nous nous attendions lorsque la force de l’infection change, lorsque la vague s’arrête. Cependant, nous constatons une augmentation pour Omicron », a expliqué Gottberg.

Les données d’Afrique du Sud, cependant, montrent que les réinfections peuvent être moins graves, a ajouté Gottberg. « Nous pensons, je le pense tout à fait, que les réinfections dans nos données, et, espérons-le, en Afrique du Sud, cette maladie seront moins graves », a déclaré Gottberg.

« Et c’est ce que nous essayons de prouver et de surveiller très attentivement en Afrique du Sud. Et il en irait de même pour ceux qui sont vaccinés », a-t-elle ajouté.

L’Afrique du Sud entame sa quatrième vague de coronavirus, a déclaré Gottberg, les cas dans le pays augmentant à un « taux rapide », en particulier dans la province de Gauteng, la plus peuplée du pays.

Plus de 8 000 nouveaux cas quotidiens ont été détectés dans le pays mercredi, a déclaré Gottberg, les scientifiques s’attendant à ce que les cas passer à 10 000 par jour. « Nous pensons que le nombre de cas augmentera de façon exponentielle dans toutes les provinces du pays », a-t-elle déclaré.

Seul un nombre limité de cas confirmés de coronavirus dans le pays est séquencé, a expliqué Gottberg. Sur 249 cas séquencés en novembre, 183 ont été confirmés comme étant la variante Omicron, ce qui équivaut à 70-75% selon Gottberg.

« On dirait qu’il y a eu un prédominance d’Omicron dans tout le pays. Et Omicron a été identifié par séquençage dans au moins cinq de nos provinces (qui sont) des données de séquençage », a-t-elle déclaré aux journalistes.

L’Organisation mondiale de la santé a également annoncé qu’elle déploierait une équipe d’appoint dans la province du Gauteng pour aider à la surveillance, au séquençage et à la recherche des contacts.

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.