Skip to content
« Les leçons d’un accord entre LFI et la majorité »


La séance de l’Assemblée nationale, le 24 novembre. GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP

POUR ANALYSER – Derrière ce rapprochement inattendu, une tactique de la majorité : montrer qu’en général, elle est capable de construire « faire des compromis » avec tous les partis politiques, pas seulement avec la droite.

Renaissance qui soutient LFI. Et maintenant, LFI, qui séduit la majorité. L’inscription de l’avortement dans la Constitution entraîne des rapprochements inattendus. Chaque groupe avait son propre texte et, au départ, aucun ne voulait laisser à l’autre le bénéfice d’une victoire symbolique plus que politique. A l’arrivée, ce sont les mélenchonistes qui ont gagné et les macronistes qui leur ont concédé le point, au prix d’une refonte refaite en commun. « Si nous n’étions pas capables de le faire sur les droits des femmes, nous ne pourrions le faire sur aucun texte », s’est ainsi justifiée Aurore Bergé, qui renonce ainsi à défendre son propre texte, la semaine prochaine. Le président du groupe Renaissance souligne au passage la portée également tactique de cet accord : montrer qu’en général, la majorité est capable de construire « faire des compromis » avec tous les partis politiques, pas seulement avec la droite.

Première étape

Les détails du vote – dix contre un en faveur…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Vendredi noir

-70% sur l’abonnement numérique

Déjà inscrit? Connexion

lefigaro -Politics

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.